High school chronicles : l’heure des aurevoirs et le grand départ pour une nouvelle vie

L’été se termine ici alors qu’en France, même si cela sent la fin, il reste encore un petit répit. La rentrée a eu lieu la semaine dernière : le 12 août pour nous, mais ce n’est pas le cas partout aux États-Unis. Nous n’allons pas nous plaindre car les vacances avaient commencé le 23 mai. 
Les gens sont partis en juin, principalement, et début juillet, ça sentait déjà la fin des vacances : la société est ainsi faite ici, que tout est anticipé à outrance : les décorations de noël commencent à sortir dans les magasins, donc ce n’était pas étonnant que les cahiers et autres fournitures scolaires soient déjà dans les rayons dés le début juillet…

Les inscriptions à l’école avec le paiement des fees (frais d’inscription, locations des livres ..) sont rapidement arrivés à la mi-juillet : oui, l’école se faisait attendre.. 

Et avec la rentrée c’est aussi la relève qui arrive et les anciens qui partent … les anciens seniors (ceux qui étaient en terminale l’an dernier) sont donc sur le départ : grosse préparation .. certains partent loin et c’est non seulement la course pour acheter tout ce qu’il faut pour s’installer, mais aussi, la course aux “aurevoirs”… 
Les départs ont commencé et j’ai vu défiler à la maison de nombreuses amies de ma fille aînée … l’une part au Wisconsin, l’autre en Alabama, l’autre à Kansas State University … bref .. fin d’une scolarité, mais aussi fin d’une période de vie : c’est l’envol de nos enfants … tous en même temps : une rupture à assumer, une rupture brutale pour certains qui n’ont jamais quitté leurs parents et leur coin de Kansas. Certains ne partent pas très loin et pourront revenir de temps en temps, d’autres partent plus loin ..

Les ados se disent au revoir ; certains petits couples se défont : rupture programmée d’avance. C’est assez étrange pour nous, à vrai dire.
D’autres rêvent déjà de se marier pour vivre ensemble : oui, ici, le mariage reste une valeur sure .. un passage obligé pour vivre ensemble .. vous dire, que le mariage dure : non : un mariage sur deux finit en divorce.. (un chiffre qu’on m’a donné récemment). Et je ne parle pas de filles tombées enceintes et qui par contre, auront des difficultés à continuer des études : ce n’est ni un cliché, ni un cas rare, les grossesses d’ado ici sont fréquentes, pas trop, mais quand même .. suffisamment pour être remarquées.

Parmi les futures étudiants, certains sont déjà partis : ils vont passer la semaine de sélection pour les maisons, les sororities : sortes de confréries à l’intérieur même du campus.. encore tout un rite qui nous est étranger : fraternité à l’intérieur de l’université : une semaine, où les gens se jugent et se choisissent pour ensuite faire partie d’une entité… mais ouf, nous y échappons car à McGill au Canada où va ma fille, il n’y en a pas vraiment.
Mahault, ma fille aînée est la seule de son école (sur 450 élèves de sa promo) à quitter le territoire des États-Unis. Le départ est prévu à la fin de la semaine… je vous tiens au courant, je pars avec elle.
Les affaires s’entassent dans sa chambre ; elle a détaché les posters de sa chambre, on fait le point, vérifions les listes.. j’ai du mal à croire qu’elle nous quitte déjà.. elle n’a pas 18 ans.
Mais ce point de rupture est pour tous les parents et ils ont déjà aussi vécu cela. Moi de mon côté, encore une fois, je passe pour une extraterrestre quand je leur dis que j’ai continué à habiter chez mes parents pendant mes 6 ans d’études à Lyon. Et même si je sais que beaucoup, en France, vivent ce départ lors de leurs études, on ne fait pas un Lyon-Tour ou un Annonay-Lyon, comme on fait un New-York-Kansas City … 
De plus, les campus étant ce qu’ils sont aux États-Unis, la vie continue désormais ailleurs avec toute une organisation sur place. Ils vont se construire en fonction de leur undergraduate school. Certains reviendront ici, d’autres partiront par la suite dans une graduate school ou pour un travail ailleurs.

Les études sont organisées par tranche de 4 ans : les 4 premières années, les élèves vont dans ce qui s’appelle une undergraduate school : ils pourront choisir une matière principale qui s’appellera un major et une autre spécialisation moins poussée, un minor. Il est toléré de prendre un major et un minor n’ayant rien à voir l’un avec l’autre : par exemple un major de math et un minor de musique. Ici on peut suivre une double formation, c’est plutôt bien vue.

Par la suite, ceux qui voudront pousser plus loin leurs études, pourront intégrer une graduate school : grad school .. et obtenir leur master voir après leur PHD. 

Voilà, plus rien ne sera jamais comme avant … c’est l’envol de nos enfants .. beaucoup de parents le vivent, c’est encore plus difficile quand les enfants partent si loin et qu’il ne reviendront pas avant le mois de novembre pour Thanks Giving, voir le mois de décembre pour nous.

Ciao

Vous voulez revoir nos visites de campus : UC DAVIS en Californie, COLORADO STATE à Fort Colins, IOWA STATE et enfin McGill à Montréal

Merci de me lire !

21 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.