Aller voir les oiseaux du Kansas !

Premier jour de vrai beau temps de printemps hier, dimanche … C’est l’occasion d’aller se promener dans la campagne du Kansas. Direction le lac de Hillsdale, plus exactement le réservoir .. Il est l’un des réservoirs d’eau les plus récents du Kansas et permet de contrôler les crues du Missouri et de la rivière Osage. Il est situé au sud de Kansas City dans le County de Miami.
Ce jour-là, je pars avec une amie qui est passionnée par les oiseaux et qui me partage sa passion. Grâce à elle, j’ai pu repérer pas mal d’espèces et c’est surtout elle qui me les a identifiées. Pour les noms en français, j’ai trouvé l’an dernier un guide québécois bilingue : Le guide Sibley des oiseaux de l’est de l’Amérique du Nord (editions Michel Quintin).
30 kilomètres au sud de la ville, et on se croit déjà en fin fond du Kansas .. le paysage est rural, les habitations disparates : des fermes, des maisons énormes et des églises en pleins milieux des champs.
On commence par un oiseau très commun, le Red Tail Hawk (buse à queue rouge) : j’en ai même dans mon jardin. Mais celui-ci nous attendait sur le chemin.
Nous arrivons au lac : cela ressemble plus à un marais. Nous ne sommes pas seules, un vieux monsieur vient rapidement nous rejoindre. Moi je suis avec mon appareil, et mon amie avec sa lunette … lui et elle sont fins connaisseurs .. moi, je prends les photos en suivant leurs explications..
C’est un spectacle fascinant, parce-que là, où je ne vois rien, eux commencent à nommer des oiseaux improbables .. alors, peu à peu, mon oeil s’habitue et je distingue, là où je ne voyais rien …
 
Là, il s’agit d’un Gretter yellow legs, (Grand Chevalier) : du haut de leurs longues pattes jaunes, ils marchent sur l’eau. Leur long bec leur sert à picorer ce que la vase leur laisse.
 
 
Dans le ciel, c’est une autre histoire : des pélicans d’Amérique (American white pelican) s’élancent : je suis surprise, moi qui croyait qu’il n’y en avait que du côté de l’océan.
 
Ensuite, c’est un vol de cormorans qui nous surprend.. Double crested cormorants (cormoran à aigrettes).
Nous revenons rapidement les yeux au sol, car ce sont les canards qui ont pris la suite .. un couple de Green Winged teal (Sarcelles d’hiver).

et plus loin et un peu flou, malheureusement, un Northern shoveler (canard souchet).

 

Retour, les yeux au ciel, un vautour tournoie au dessus de nous, puis s’en va … c’est un turquey vulture (urubu à tête rouge).
Nous changeons d’endroit : il y a beaucoup de vent : à vrai dire, nous sommes en alerte vent ..
Et c’est une horned lark (allouette hause col) que nous trouvons…

La lumière est irréelle.

Et l’alouette fait place à un Baird’s sandpipper (bécasseau de Baird)

tandis que les goélands se prélassent au soleil… et s’envolent d’un seul coup dans un ballet insaisissable…
Et pile, je lève la tête, l’oeil attiré par un poids lourd : le plus beau, le plus majestueux est venu nous saluer : le Bald Eagle : (qui a un nom nettement moins poétique en français, puisqu’il s’agit du pygargue à tête blanche) : c’est l’emblème de l’Amérique … le symbole de la liberté et de la puissance.. Et le vieux monsieur auquel j’avais dit que j’étais française (il m’avait demandé d’où je venais, dès que j’avais ouvert la bouche) me lance : “For sure, you won’t find this one in Europe…” Et non, c’est sûr..

Nous devons partir .. nous errons un peu dans la campagne environnante..

Pour tomber, sur un joli spectacle .. mais mon amie me dit, d’un air contrarié : celui-là : c’est le European starling (étourneau sansonnet) : il est venu d’Europe dans les bateaux des migrants et il s’est imposé ici. C’est un vrai pic assiette : il ne fait pas de nid et pond ses oeufs dans les nids des copains d’autres espèces … les mamans nourrissent alors les bébés étourneaux qui grandissant plus vite que les autres, jettent en dehors du nid les plus petits … Bref, ne vous y trompez pas, celui-ci n’est vraiment pas sympa et ne s’occupe même pas de ses bébés… 
Celui-là, avec son bec jaune est prêt à faire la coure à une dame étourneau … Après toutes ces explications, il me devient nettement moins sympatique d’un coup.
Voilà, mon petit tour dans la nature.. mais je ne peut pas vous quitter sans vous rajouter cette photo prise peu avant, le jour même : il s’agit d’un nid perché en haut d’un arbre : on voit dépasser les oreilles de la Great Horned owl (le Grand duc). 
 
et sa cousine germaine, je l’avais rencontrée un jour en me promenant dans le même coin… (identification plus tard)…
Voilà, cela vous a plu ? .. je reviens très vite avec d’autres articles .. en attendant, vous pouvez admirer d’autres oiseaux, notamment ceux de mon jardin ..
dans cet article ici et celui-ci et encore celui-ci sur les oiseaux du Kansas.

4 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.