Independence Kansas : une étape pour Laura Ingalls

Qui aurait pu croire que la famille Ingalls, la célèbre famille de la Petite Maison dans la Prairie avait un jour habité au Kansas ? Et pourtant, la petite maison dans la prairie était bien celle du Kansas, où Laura Ingalls et sa famille, s’installèrent pour quelque temps, entre 1869 et 1871.  Plus tard, ils retournèrent plus au nord, dans le Wisconsin, là où ils avaient déjà habité. De ce passage au Kansas, il ne reste pas grand chose, si ce n’est un lieu, les écrits de Laura et un puits qui a été retrouvé. Du coup, c’est là, que d’après ce que Laura avait écrit, qu’une famille reconstitua l’environnement de la famille Ingalls.

Ils étaient partis de loin, puisqu’ils venaient du Wisconsin, où ils avaient vendu tous leurs biens à la recherche d’une nouvelle terre à exploiter. Et c’est donc dans le sud du Kansas, dans la nouvelle ville de Independence, qu’ils trouvèrent un lieu pour s’établir. En y arrivant, on leur indiqua une parcelle de terre, à 13 miles (20 km), au sud ouest de la ville. Le terrain était plat et immense, à l’infinie. Un ruisseau coulait non loin, et Charles Ingalls put creuser un puits pour avoir de l’eau à disposition. Charles Ingalls put prendre les troncs des grands arbres qui se trouvaient aux bords du ruisseau.

Sauf, que les gens avaient omis de lui dire, que ce terrain était à la limite du territoire de la réserve des Osages et était même à l’intérieur de leurs terres. On ne sait pas trop si Charles Ingalls savait que le terrain n’était pas public. Il semble que les Ingalls et les autres pionniers cohabitèrent avec les Osages au moins au début. En septembre 1870, les Osages vendirent les lieux à la ville.

La famille Ingalls fut recensé et Charles fut inscrit en tant que charpentier. Il coupa donc les troncs d’arbres et put ainsi construire une cabane pour vivre. Elle a été reconstituée et elle est donc sur cette parcelle de terre, à côté du fameux puits.

L’été 1870, Laura et sa soeur Mary, jouaient souvent dans les grandes herbes du Kansas. Mais l’été fut marqué par une maladie que contractèrent la famille. Cette maladie était certainement transmise par des moustiques.

Leur rencontre avec les Osages

Une anecdote est relatée : un jour, Mary et Laura, accompagnées de leur père s’aventurèrent un peu trop loin et se retrouvèrent sur les terres non loin d’un campement des Osages. Ils ramassèrent des perles de couleurs restées sur place et quand ils revinrent chez eux, une petite Carrie était née.

Ils eurent d’autres rencontres avec les Osages : il semble que les Osages vinrent leur rendre visite plusieurs fois de façon pacifique au début. Mais bientôt, les relations se dégradèrent. Les Osages revinrent de façon, moins sympathique. Laura se rappelle dans ses mémoires des tambours qu’elle entendait au loin. Par la suite, ils furent chassés un peu plus loin par un traité peu équitable. La vie continua de façon plus pacifique à Independence.

Bientôt, Charles reçu une lettre de celui qui lui avait acheté sa maison dans le Wisconsin, lui demandant de revenir. La famille Ingalls, reprit la route sur son chariot de fortune, pour remonter dans le nord. Laura avait en fait 4 ans, quand elle quitta finalement le Kansas, 2 ans après y être arrivée.

L’histoire de Wallnut Grove se situe bien après et est dans le Minnesota. Laura se maria avec Almanzo Wilder et s’établie au Dakota du sud. Ils continuèrent une vie difficile et finirent leurs vies, dans le Missouri.

Le musée de la Petite Maison dans la Prairie

Le lieu a été reconstitué et la seule pièce originale est donc le puits au fond de l’endroit. Un petit musée se trouve dans une petite maison coloniale, à l’entrée.

On y voit une petite école avec une pièce avec une similie pharmacie.

Un autre bâtiment a été reconstitué : une petite poste office.

Le musée

A côté, se trouve une grange rouge, où l’on peut voir un dessin qui est la reconstitution du cadeau de mariage, que Laura reçu.

Comment aller à Independence, Kansas ?

Independence Kansas est une petite ville située dans le sud du Kansas, à la frontière avec l’Oklahoma. Pour s’y rendre, il ne faut pas suivre son GPS, qui n’indiquera pas le bon emplacement : l’itinéraire est bien indiqué sur le site de l’endroit : à partir de la route principale, se trouve un panneau qui indique la direction. En dehors de la route principale, on se retrouve dans un dédale de route en terre pas bien indiquées sur les cartes : that’s Kansas !

La ville n’est pas facile d’accès car en dehors des grands axes. Le lieu est plaisant à visiter, mais je ne ferais pas un détour pour y aller : à vrai dire, j’ai vu des endroits plus authentiques comme Missouri Town, où ce sont des maisons originales qui ont été déplacées. Nous avons eu l’occasion d’y aller car notre fille participait à un festival de marching band. Je reviendrai sur cette belle journée : nous étions début octobre.

L’histoire tragique des Osages

L’Histoire des Osages est assez triste. Au départ, c’était une tribu qui se trouvait non loin de Kansas City. On retrouve leur présence au Fort Osage, Quand l’Amérique était française (avant 1804 et le rachat de la Louisiane), ils commerçaient avec les trappeurs français. Ensuite, ils furent chassés et envoyés plus au sud. Plus tard, ils furent repoussés au fin fond de l’Oklahoma sur des terres dont personne ne voulait. L’Oklahoma était un état où on envoyait les tributs en réserve et l’Etat a encore beaucoup de réserves et territoires natives américain. Leur histoire aurait pu s’arrêter là. Mais en fait, dans les années 1920, il fut trouvé du pétrole sur leur terre et ils commencèrent à devenir très riches. Des hommes vinrent et se marièrent avec les femmes et eurent même des enfants. Mais la tribu commença à être décimée par des crimes et meurtres en tout genre : empoisonnés, poignardés et exécutés : une centaine. Des familles entières furent décimées parfois par un membre de la famille, le mari, le père. C’est en fait, une des premières grandes enquêtes du FBI. L’histoire est poignante. Elle a été oublié, mais un livre est revenue vers elle : Killers of the Flower Moon : The Osage Murders and the Birth of the FBI (en français : La note américaine)

En 2017, lorsque le livre de David Grann est sorti, une émission sur NPR (radio publique) lui fut consacrée. Si vous comprenez l’anglais, écoutez la, c’est passionnant !

 

Si vous voulez lire l’interview en même temps, vous pouvez vous rendre sur cette page. L’histoire est effroyable. Ce qui semble le plus effroyable, est la complicité et la corruption à grande échelle de ces crimes. De nombreuses personnes ne furent jamais condamnées et les descendants cohabitent sans vouloir y penser, alors que l’histoire résonne encore dans ces lieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.