Anniversaire : 10 ans aux Etats-Unis

10 ans aux Etats-Unis, ça se fête non ? Que sommes-nous devenus après 10 ans ? J’ai voulu faire un petit bilan et revenir sur ces 10 ans car on ne sort pas indemne de 10 ans d’ex-patriation. Alors voici un bilan en vrac et je reviendrai plus précisément sur différents points. J’ai aussi dans l’idée de faire le bilan de TOUS nos voyages ; ce qui n’est pas si dur que cela, vu que j’ai classé toutes mes photos depuis le début.

 

Côté enfant, le bilan, c’est

En vrac, 10 ans aux US, cela a été :

Globalement :

  • 11 rentrées des classes familiales, dont 3 en Californie et 8 au Kansas,

Par enfant :

  • 11 rentrées des classes en High School,
  • 7 rentrées des classes en Middle School (parce-que au Kansas, et plus particulièrement dans mon school district, il n’y a que 2 ans en Middle school : l’équivalent du collège).
  • En parlant de college (sans accent), ici, c’est l’université, et nous en sommes à 8 rentrées universitaires, 6 à Montreal et 2 au Colorado.
  • Nos enfants auront fait globalement tout l’éventail de l’école, du Pré Kindergarten à l’undergrad school (premier cycle d’université).
  • Cette année, nous aurons 2 graduations en université, mais nous en avons déjà eu 5 : 2 en High School, une en Middle school en Californie, 1 en élémentaire en Californie et 1 en maternelle.

Du côté de nos enfants, nous étions arrivés avec un bébé, des enfants et nous avons maintenant, deux adultes, une ado et un pré ado.

  1. Mahault était arrivée elle avait 12 ans, elle en a 22 maintenant,
  2. Amy avait fêté ses 10 ans, en Californie, elle fêtera ses 20 ans au Colorado,
  3. Li-Ming avait 6 ans en arrivant, elle en a maintenant 16 et
  4. notre petit loup qui grandit, lui avait fêté ses 2 ans en arrivant, il va sur ses 12 ans maintenant. En guise de petit loup, il a décidé de se déguiser en loup garou pour Halloween .. tout change !

Leur niveau de français est donc inversement proportionnel à l’âge auquel ils étaient arrivés. Même si Mahault le perd dangereusement au profit d’un charabia montréalais, doux mélange d’anglais, de français et de québécois, c’est elle qui aura étudié le plus en français jusqu’à la 5ème compris. Amy aura quitté le système scolaire français en 2009, après son CM2 et Li-Ming a quitté le système français après son CE2 lorsque nous avons déménagé au Kansas. Quant à notre petit dernier, il n’aura mis les pieds dans le système scolaire français que ses 2 premières années de maternelles. Nous maintenons coûte que coûte, le français parlé à la maison. C’est vrai que nous cherchons souvent nos mots, mais dans l’ensemble, la conversation est fluide.

Et leur culture ?

Nos enfants se sentent profondément américains, mais au fond d’eux même revendiquent plus ou moins leur héritage français. Cela sort en fait souvent à l’improviste ou alors cela revient quand nous nous rendons en France. Mais le décalage est toujours là, présent que ce soit ici ou là-bas : ici nous sommes trop français, là-bas, en France, nous sommes des OVNI : nous raisonnons différemment, nous ne sommes pas au courant des derniers chanteurs à la mode, décalés jusque dans notre comportement : le sourire, apparemment, cela ne fait plus partie de la panoplie à afficher. On ne parle pas de notre habillement, ou de celui de mes enfants qui ont eu du mal cet été à se fondre dans la mode parisienne. Heureusement, qu’il y a Instagram quand même parce-que quand il s’agit de faire des photos pour Insta, là, mes filles s’habillent et se maquillent : ça sauve, le short de sport et les birks avec les chaussettes.

Côté adulte

Côté adulte, que vous dire : on s’est pris 10 ans, sans s’en apercevoir. Nous nous sommes profondément enracinés, mais à la fois, il nous reste souvent un sentiment d’impuissance face à un monde que nous avons du mal à appréhender. Même si la spontanéité est là et que nous n’avons plus aucun mal à nous fondre dans la foule américaine, il y a toujours un moment, où on se sent profondément étrangers. J’ai la joie ces dernières années d’avoir développé des amitiés avec des américaines, j’adore partager mes expériences mais je me rends compte souvent, que nous sommes très différents.

Côté personnel, vous le savez, il a fallu dealer avec deux périodes de chômage et je crois que cela nous a profondément marqué et insécurisé. On ne sort pas indemne de cela surtout aux Etats-Unis, où on peut tomber dans la précarité si facilement.

Et puis, nos 10 ans se déclinent en deux mondes : la Californie qui nous avait accueilli à notre arrivée le 1er novembre 2008 et le Kansas que nous avons adopté en août 2011. La Californie c’était un autre monde, où finalement nous n’avons fait que passer. C’est loin maintenant, cela semble aussi irréel parfois, tant notre quotidien a changé depuis. J’étais arrivée timide et sans rien connaître de rien finalement il y a 10 ans. Je vivais dans un cocon, entre l’école française, nos amis français. J’ai survolé ces 3 ans « taking everything for granted » (tellement de mal à traduire cette expression : prenant tout pour acquis). Le choc avait été rude en arrivant au Kansas c’est sûr, mais j’ai un profond attachement à la région, à son côté désuet, mais aussi à son côté tranquille. La vie est calme ici, et assez basique en fait : il suffit, d’un bon BBQ, d’un peu de simplicité et le reste suit. Bon ok, je m’ennuie à mourir l’été quand il fait trop chaud. Mais à par cela, l’automne est souvent magnifique, l’hiver, un peu rude mais on s’y fait et le printemps, tout revit. Il n’y a que l’été qui est insupportable, mais il y a pire, et puis, surtout, on a la clim… donc…

Ici, au Kansas nous avons connu la vraie immersion, dans les écoles, avec les voisins, dans nos expériences aussi. Les matchs de baseball, de foot, le marching band, les concerts divers et variés, les visites de musée, les personnes rencontrées .. voilà, une immense richesse..

Par contre, je n’ai rien coupé de mes racines françaises et j’ai même renforcé mon attachement à mon pays, même si en même temps je m’enracinais ici, en devenant américaine. Etrange sensation en fait. Il m’arrive de penser en anglais, en tout cas, il ne se passe pas un jour où j’écoute la radio en anglais, où j’écoute un cours ou une conférence américaine, mais le travail que je me suis créée est en français. Certaines expressions me viennent en anglais et j’ai du mal à en traduire certaines. L’anglais est décidément plus pratiques parfois. C’est de toute façon, un aller-retour permanent, car avec mon fils, nous sommes en permanence en train de lui traduire en français certains termes qu’il ne connaît pas. Nous sommes ses seuls interlocuteurs francophones.

Et puis, j’écoute les news ici et je suis bien plus au courant de ce qui se passe ici, que en France. Je me suis passionnée pour la politique américaine et il y a de quoi faire en ce moment. En devenant américaine, j’ai pris très au sérieux ma nouvelle mission de voter alors, je m’informe pour voter en conscience en espérant changer certaines choses qui nous choquent quand même pas mal, surtout au Kansas. D’ailleurs, en arrivant il y a 10 ans, le 1er novembre 2008, nous étions à la veille de l’élection présidentielle. Obama avait été élu 4 jours après. Et 8 ans après, j’ai « cast my ballot for the first time » pour les présidentielles de 2016. Et je vous parle très bientôt de mon vote pour les Midterm car l’expérience de voter aux Etats-Unis est encore pour moi une expérience insolite. preuve que même après 10 ans, l’insolite est toujours sur notre chemin …

A travers ses 10 années aussi, j’ai affiné ce que j’aimais vraiment faire et ma passion pour la santé m’a amenée très loin, toujours à travers une approche américaine, mais avec une solide base pharmaceutique française. J’apprends tous les jours, ce qui m’a d’ailleurs, permis de me former et de continuer, malgré pas mal de questionnements, mon site AmerikSanté. Il est devenu au fil de ces années, ma vitrine, où je peux exposer maintenant, 3 guides que j’ai écrits (Guide Santé et voyages aux Etats-Unis, Comprendre le système de santé aux Etats-Unis et Bien manger aux Etats-Unis). Mon activité désormais se déplace peu à peu, vers un site plus axé sur la santé naturelle en général : Univers-Aroma. J’ai en effet, compris à travers tous les interlocuteurs que j’ai rencontrés, l’importance d’une approche plus naturelle et plus globale de la santé. Les deux sites, sont jumeaux, s’imbriquent l’un dans l’autre et sont finalement un bon résumé de ce qui me tient à coeur, en plus de ces voyages et de cette vie que je vous raconte ici.

Voilà quelques bribes de ces 10 ans, je reviens très vite, vous parler de nos 10 ans de voyages aux USA !

 

Et retour sur nos 5 ans

5 ans aux US … une tranche de vie …

7 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.