Québec : un noël au fond des bois

Déjà Noël : comment le temps a-t-il pu filer si vite : en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, l’année est passée et nous voici à Noël : pour ce moment tant attendu : ma famille rassemblée pour ce moment. Un projet élaboré il y a de cela plus d’un an : pour les 50 ans de mariage de mes parents, nous avions prévu de tous nous rassembler et ce n’était pas facile de trouver un endroit où tout le monde pouvait se réunir.

noel_quebec

Premier défi : la contrainte géographique

Un grand frère et nos parents, à Lyon, une soeur à Lausanne, un petit frère à Québec, une nièce et une fille à Montréal et nous, au Kansas. Après avoir hésité entre le chaud et le froid, venait ensuite à concilier le budget de chacun .. au hasard, c’est au Québec que nous avons convenu de nous retrouver.

Second défi : trouver la place

Et c’est ainsi, que nous avons fini dans un grand chalet au fin fond d’un bois, au fin fond des Laurentides au bord d’un lac. Arrivés le 22 au soir, nous sommes vraiment au fond des bois, au bout du monde : plus de téléphone, pas de réseau et un GPS qui s’emballe : heureusement que le propriétaire a écrit des indications. Nous sommes à 20 kilomètres du premier dépanneur (épicerie en québécois), et à plus d’une heure de route du premier IGA (supermarché). Le chalet est perché au bout d’un chemin, et surplombe un lac. La vue est magnifique, reposante.

noel_quebec5

3ème défi : se ravitailler

Le 23, nous partons à l’assaut de l’IGA : c’est l’expédition de l’après-midi et quel plaisir pour nous américains de nous retrouver dans un supermarché québécois, quand bien même il est au bout du monde. Les étalages de fromages et de pâtés me font de l’oeil.

Noël au fond des bois : le défi climatique

Passé ces défis, nous pouvions prétendre à passer un Noël presque normal au fin fond de notre bois. C’était sans compter sur une tempête invisible qui allait nous frapper de plein fouet à midi le 24 décembre. Le matin, nous partons en bras de chemise nous promener. La glace fond, la neige se fait très rare. Nous croisons au passage un vieux monsieur qui nous déclare d’un ton inquiet, qu’il n’a jamais vu en 40 ans, les lacs non gelés à cette époque-ci de l’année. Il fait 15°C, il est midi, nous sommes au fin fond du Québec : cherchez l’erreur.

noel_quebec4

Nous rentrons au chalet et nous apprenons qu’il n’y a plus d’électricité depuis 45 minutes. Pas de soucis : il fait jour, nous avons le gaz, mais plus d’internet, ni téléphone. Le repas peut quand même se préparer. Mais au moment de faire couler l’eau, plus rien ne sort : nous réalisons alors que le circuit d’eau de la maison doit dépendre d’une pompe qui dépend, elle-même de l’électricité, cqfd .. plus d’électricité, plus d’eau, plus de téléphone, plus de wifi, donc plus d’internet, plus de chauffage, plus de WC … mais heureusement le gaz et le feu … nous sommes coupés du monde.

Noël dans le noir

On le prend au début à la rigolade, la rigolade qui s’éternise et tandis, que nous cherchons ma soeur, il y en a un qui commence à raconter ces histoires horribles de film d’horreur : on se croit tout d’un coup en plein, “Petit meurtre entre amis” .. nous allons tous mourir, après avoir été un à un, enlevés, poignardés, voire dépecés.. nous nous préparons mentalement à passer Noël en tremblant .. la nuit tombe .. on rigole jaune..

Mon frère part aux nouvelles : nous sommes, seuls au monde sans nouvelles, isolés du reste du monde. Que se passe-t-il ? Une heure trente après, mon frère réapparaît avec des bougies et une mauvaise nouvelle : la moitié du Québec et un peu de l’Ontario sont dans le noir. Les chalets de l’autre côté du lac, sont eux aussi dans le noir. Les gens de Hydro-Québec ont été rappelés : pas de Noël pour eux : ils doivent ramener la lumière aux quelques 200 000 foyers privés d’électricité. Nous allumons des bougies et commençons à préparer notre repas à la bougie en essayant de ne pas penser à ce qui va se passer demain, si l’électricité n’est pas rétablie.

Et la lumière fût

Et à 6h .. le sapin se rallume .. la lumière revient .. YES ! nous entamons une danse de la lumière. Noël peut commencer et nous terminons la cuisine avec de la lumière.

noel_quebec6

6 Comments

  • Vous avez eu de la chance, et pour le temps clément cette année (il faisait 17C à Ottawa!) et pour “et la lumière fut”. Il y avait tellement de vent le 24 décembre que beaucoup de gens ont eu des coupures d’électricité ici, dont la moitié de la rue chez mes beaux-parents (ouf, ils étaient du côté “éclairé”!). J’ai eu une pensée pour le casse-tête logistique que ça devait être d’être dans le noir, avec des invités, sans pouvoir cuisiner ni rien faire… heureusement qu’il ne faisait pas froid, au moins!

    • oui nous avons eu de la chance car de l’autre côté du lac, ils n’ont eu l’électricité que le lendemain à midi ! merci pour ton commentaire

  • Bonjour Isabelle et Bonne Année 2016!

    Je suis à Montréal pour les fêtes de fin d’année (je déborde un peu sur la semaine prochaine). C’est mon premier hiver québécois et pas du tout ce que j’attendais! Je suis à Brossard plus précisément et j’ai été chanceuse car nous n’avons pas eu de coupure bien qu’un poteau électrique soit tombé pas loin… Je pense que ta famille n’est pas près d’oublier ce Noël!
    Enfin, depuis dimanche dernier la neige est au rendez-vous et je photographie tant que je peux. J’admire aussi la conduite sur neige, les tracto de déneigement, les petites machines individuelles qui évitent le pelletage à la main… et la tranquillité des gens qui trouvent tout ça normal… mais un peu chaud pour la saison, bien qu’on ait un bon 40cm de neige maintenant.

    J’espère que tu auras le temps de nous poster encore de magnifiques photos qui donnent envie de voir ces lieux magiques!

    Nicole

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.