Retour à la nature dans le Rocky Mountain National Park

Labor Day Week-end : la fête du travail aux Etats-Unis : comme la majorité des jours fériés, ici, sont un lundi, c’est bien un long week-end qui était prévu. Et tandis que pour certains, c’est la rentrée, nous, cela fait déjà 4 semaines d’école dans les pattes : cette échappée est la bienvenue. Une fois n’est pas coutume, mais nous avions la furieuse envie de repartir voir les montagnes. Adieu, l’univers plat du Kansas : une 1h30 d’avion après, nous voilà aux pieds des Rocheuses, face aux montagnes. Une heure trente encore de route après, nous voilà, dans un fond de vallée, dans une cabine, le temps du week-end : nous sommes à Estes Park, à l’entrée du Rocky Montain National Park.

La journée est passée, mais ce soir, j’avais déjà envie de vous partager notre première balade. L’entrée du parc n’est pas loin. Nous y arrivons en fin de matinée et c’est un peu au hasard, que nous posons la voiture et commençons à marcher sur un départ de balade. La nature s’offre à nous d’un seul coup.

Nous sommes prévenus, nous sommes dans le territoire des ours noirs. La prudence est de mise, à vrai dire, il vaut mieux chanter à tue tête pour éviter une rencontre. Au passage, on dérange à peine un Stellar Jay qui nous suivra quelques temps.

Nous montons en lacet, le chemin se poursuit à flan de montagne sous les bois. Puis, il s’arrête net sur le lit d’un torrent, creusé et ravagé. En 1982, un barrage sur un lac (Lawn Lake) plus haut a laché et déversé 300 millions de gallons d’eau (1 gallon = 3,8 l).

Un bon moment pour se reconnecter à la nature : il fait bon, la forêt sent bon et il y a encore des fleurs : des fleurs de fin de saison. Quelques arbres commencent à prendre des couleurs d’automne.

 La balade se termine et nous reprenons la route : une route non goudronnée et en sens unique, la Old Fall Road. Elle nous amène au sommet du Rocky Mountain National Park (enfin de la route du parc à 3595 m d’altitude).

Nous ne sommes pas en reste car de l’autre côté, dans la descente, nous apercevons un troupeau de Bighorns (mouflon) et plusieurs de Elks.

et arrivé en bas, c’est un moose qui broute tranquilement.

Fin de journée. retour dans notre cabine perdue dans les bois. Demain est un autre jour. Pas d’ours aperçu, mais il nous reste encore 2 jours et nous en avons déjà tant vu aujourd’hui.

9 Comments

  • Je rentre tout juste de l’ile de Vancouver, appelée communément « Ile aux Ours » dans doute parce qu’ils sont nombreux. Quand les Américains disent qu’en cas de rencontre, il faut faire beaucoup de bruit, les Canadiens demandent à ce qu’on parle calmement et avec douceur, de ne pas regarder l’ours dans les yeux et d’élever les bras au-dessus de la tête ! Dans les parcs, on nous vend des clochettes à accrocher à ceinture ou sac à dos pour signaler notre présence afin que l’ours nous entende et s’éloigne de lui-même. Nous en avons vus pêcher tranquillement le saumon de l’autre côté de la rivière, en centre-ville. Par contre, dans les forêts, les quatre autres (dont maman avec ourson) que nous avons vus au cours de nos randonnées, se sont tous sauvés à notre approche. J’ai eu beaucoup plus peur d’une rencontre avec les cougars signalés par voie d’affiche à l’entrée des chemins…

    • oui quand j’étais au Cap Tourmente l’an dernier, on m’avait demandé de me balader avec des clochettes .. moi j’en ai vu pas mal dans la Sierra nevada et à chaque fois, ils s’en fichaient completement .. J’ai de belles photos d’ailleurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.