{Interview} Delphine Boileau-Terrien, Femme de ChallengeS

o_BoileauD_PortraitSimple30989-e1385146432973Dans ma série d’interviews de femmes expatriées, j’ai voulu faire un zoom aujourd’hui, sur une femme que peut-être vous connaissez déjà :  Delphine Boileau-Terrien.

Delphine est expatriée aux Etats-Unis ; elle intervient souvent sur le site Femmexpat, mais Delphine est surtout entrepreneure et aide les femmes à trouver et vivre du “job qui leur colle à la peau”. Vous pouvez la retrouver sur le site Femmes de ChallengeS. Au delà d’un slogan, Delphine accompagne les femmes qui veulent se lancer dans l’aventure de l’entreprenariat.

Nous sommes de plus en plus nombreuses à nous lancer sur ce chemin-là, et je peux vous le dire, l’aventure n’est pas forcément facile. Entre les taches ménagères, les enfants, nos freins culturels, sociaux ou psychologiques, Delphine arrive à déployer sa méthode, tout en donnant des outils pour s’organiser et monter un projet qui a du sens pour chacune. Et je vous en parle en connaissance de cause, puisque je suis en ce moment le programme Décollage. Merci Delphine d’avoir bien voulu répondre à mes questions.

1-Peux tu te présenter ?

Je suis Delphine Boileau-Terrien, j’ai 41 ans, maman de 2 petits garçons de 7 et 5 ans, entrepreneure depuis 4 ans et expatriée depuis 10 ans (Belgique, Chine et Etats-Unis).

2-Tu es expatriée aux Etats-Unis dans l’Etat de New-York : Qu’aimes tu le plus dans ta vie aux Etats-Unis ?

J’aime beaucoup la qualité de vie. Nous habitons dans une ville d’environ 1 million d’habitants et, j’avoue que d’avoir une belle et grande maison entourée d’autant d’arbres nous donne l’impression de vivre dans les bois. C’est vraiment agréable et ressourçant d’être autant dans la nature.

J’aime aussi beaucoup le côté très positif des Américains. C’est vrai qu’en tant que Français, le côté « good job » peut paraître « trop » mais, le fait de voir le verre à moitié plein…pour un Français qui a tendance à voir le verre à moitié vide, ça a vraiment du bon J. Cela aide vraiment à renforcer son estime personnelle. Je suis vraiment heureuse que mes enfants démarrent leur scolarité avec ça (même si ça ne fait pas tout, nous sommes bien d’accord !)

J’aime aussi beaucoup le côté « entrepreneur » qu’il y a ici. Je mets des guillemets parce que pour moi, c’est vraiment l’idée de se prendre en main et d’être très orienté solutions.

La société Américaine n’est pas forcément plus facile que la société française. Les soins médicaux coûtent chers et le système de retraite est quasi inexistant pour la plupart (ce qui m’a le plus frappé en arrivant aux Etats-Unis, c’est le nombre de personnes âgées (voire vraiment âgées) qui travaillaient), sans compter que les Américains qui ont fait des études supérieures ont très souvent de lourds crédits à rembourser en démarrant dans la vie active. Ainsi, ils doivent se prendre en main. Ce que j’aime ici, c’est qu’il y a un vrai état d’esprit (ce n’est évidemment pas pour tout le monde) d’entraide. C’est ainsi que nous voyons souvent des personnes qui peuvent avoir vécu de grands traumatismes et qui pour « que cela serve à quelque chose » crée des associations d’entraide auprès des personnes qui vivent les mêmes choses afin de les aider à s’en sortir.

C’est ainsi que j’ai découvert des femmes entrepreneures qui avaient mis en place des méthodes afin d’aider d’autres femmes entrepreneures à avoir des entreprises à succès (ce qui est très peu répandu comme façon de faire en France quel que soit le domaine). C’est grâce à ces coachs que j’ai réussi ce que je n’aurais jamais réussi par moi-même si elles ne m’avaient pas dit ce que je devais faire, comment et ne m’avait pas aider à dépasser mes blocages personnels. Je trouve que c’est une des grandes forces du peuple Américains.

3-Quand as-tu eu l’idée de commencer ce que tu fais maintenant ?

Il y a plus de 7 ans alors que j’étais enceinte de mon premier garçon, à trois mois d’accoucher. Je travaillais dans un cabinet de chasseur de tête à Shanghai et, bien que j’aimais plusieurs partie de mon travail, je n’étais pas totalement satisfaite. Mon désir était vraiment de trouver ce que j’aimais vraiment faire. J’ai eu beau essayer de trouver par moi-même, je n’avais rien de clair qui ressortait. Alors, j’ai fait appel à une coach grâce à qui j’ai pu valider que je voulais faire du coaching pour accompagner sur les projets professionnels.

Je me suis ensuite formée en France puis j’ai démarré mon activité en 2008. J’ai adoré et mes clientes étaient pleinement satisfaites.

Arrivée aux Etats-Unis, j’ai eu envie de créer ma société et de la structurer pour faire en sorte de pouvoir travailler de partout afin de ne pas vivre la grosse difficulté que nous rencontrons toutes en suivant notre conjoint « tout recommencer à 0 à chaque nouveau destination.

ban-femmes4

C’est ainsi, que depuis 4 ans, j’accompagne des femmes, dans tous les pays (y compris la France) à trouver le projet qui leur colle à la peau et à en faire une entreprise rentable.

4-Comment concilies-tu ta vie de famille et ton travail ?

J’ai défini un temps de travail dans ma semaine pendant que les garçons vont à l’école (ils prennent le bus à 7h40) et ils ont également un système de garde ensuite donc, je travaille jusqu’à 17h tous les jours. Durant ce temps de travail, je m’organise entre mon travail et du temps pour moi (du sport, du temps pour me balader, du temps pour moi).

Lorsqu’ils sont malades (maintenant qu’ils sont plus grands, c’est beaucoup plus facile à gérer), je m’en occupe les 2 premiers jours et si ils ont besoin de rester à la maison un troisième jour, mon mari prend le relais.

5-Comment peux-t-on travailler avec toi ?

Pour toutes les femmes qui veulent définir le projet professionnel qui leur colle à la peau et en vivre, il suffit de prendre un premier rdv pour une séance gratuite. Une fois que nous avons validé que mes services correspondent à vos attentes. Nous avons des séances via Skype lors de mes accompagnements qui durent de quelques semaines pour le forfait VIP Starter (trouver le projet qui vous colle à la peau) à 6 mois avec le forfait Décollage (pour faire décoller votre entreprise) et le forfait Croissance (pour pérenniser la croissance de votre entreprise tout en maintenant votre équilibre de vie)

En plus d’avoir des séances via Skype, vous aurez également accès à une page Facebook privée auxquelles toutes mes clientes sont connectées afin d’avoir du support au quotidien ainsi que l’accès à un portail membre pour avoir accès a toutes les étapes de ma méthode.

J’organise également des ateliers et des journées VIP en France.

Mon prochain atelier à destination des femmes qui souhaitent se lancer dans l’entreprenariat aura lieu le

mercredi 24 et jeudi 25 juin à Paris

 (Les inscriptions se terminent le mercredi 17 juin) ;

http://femmesdechallenges.com/booster-decollage-entreprise-paris/

FDC_PARIS_SIDE

Voilà, alors si vous êtes intéressée pour monter un projet qui vous ressemble, mais que vous ne savez pas trop comment vous y prendre, je vous invite à aller voir le site, Femmes de ChallengeS de Delphine pour comprendre sa méthode d’accompagnement.

Si vous êtes interessée mais que vous hésitez, vous pouvez aussi me contacter et je vous raconterai comment je travaille avec Delphine.

Et profitez de son passage à Paris, pour participer à sa journée Atelier VIP, fin juin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.