6 ans d’expatriation aux Etats-Unis et des nouvelles amitiés

6 ans d’expatriation aux Etats-Unis et tant de nouvelles amitiés

Dans un article récent, je vous faisais part de ma déception et de mon désappointement par rapport à mes amitiés en France .. Oui mais, effectivement, nous sommes loin, mais cela ne veut pas dire, que nous vivons reclus, tristes et à l’écart de tout. En 6 ans, je réalise que j’ai parcouru un chemin énorme, que j’ai enrichi de manière extraordinaire ma vie et … mes rencontres et forcément mes amitiés.

les amitiés en expatriation

Alors, 1 de perdue, 10 de retrouvées : pas tout à fait, mais au final, le sentiment de ne pas avoir vécu à moitié, grâce à des rencontres étonnantes, enrichissantes : et en cette période de ThanksGiving, je me sens plus que Grateful (reconnaissante) pour toutes ces rencontres .. Je vous parle aujourd’hui de mes amitiés francophones.. j’ai aussi des amitiés américaines et elles sont précieuses pour la famille et pour moi, j’en reparlerai.

Femmes expats
Femmes expats : toutes pareilles ?

Je vous avais déjà parlé dans un article, des amitiés en expatriation, je reviens vous en parler différemment, car au final, ce que je retiens de tout cela, c’est l’extraordinaire diversité et richesse de tous ces gens croisés au fil de ces 6 ans. On est loin, très loin, des clichés de la femme expat, ou de ces expats qui vivraient en marge de leur pays d’accueil, ne profitant que de manière superficielle des bons côtés de leur position. Pas vraiment, car aux Etats-Unis, j’ai au contraire découvert des gens complétement intégrés dans la société, participant de manière plus qu’active à la vie économique et sociale du pays.

IMG_8371

Alors voici un descriptif rapide : j’y ai inclus des connaissances mais surtout des amitiés très fortes : en tout cas des gens qui ne m’ont pas laissée indiférente : ce sont des ami(e)s, des copines, des gens que j’ai croisés mais qui tous ont, eu ou ont encore une très grande importance dans ma vie d’expatriée, de déracinée, d’immigrée quoi ..

Celles qui ont créé leur propre entreprise ou leur propre activité

M a reconverti son job de psychologue en Life coach et aide la communauté expatriée.

H a créé une école maternelle en français : elle a commencé il y a 3 ans dans son garage et maintenant, elle propose plusieurs classes.

S est venue il y a plus de 20 ans et s’est mariée à un américain. Elle est maintenant agent immobilier et conseille toujours avec beaucoup de gentillesse la communauté francophone de la Baie de San Francisco.

R habite aux Etats-Unis depuis 25 ans. Ses enfants sont devenus américains et elle, elle s’est reconvertie et apporte beaucoup aux expatriés avec ses petits séminaires sur la communication non violente (CNV pour ceux qui connaissent).

Celles qui ont un parcours étonnant

J a rencontré son mari en Allemagne quand elle était étudiante et est venue s’installer avec lui à Kansas City, cela fait maintenant 15 ans qu’elle y habite.

M était venue en année d’échange à Minneapolis, il y a 19 ans, elle s’est mariée, a deux petits garçons et travaille à Kansas City.

P est venue avec son mari à la retraite, il y a 6 ans, habiter aux Etats-Unis pour se rapprocher de ses deux enfants qui eux même avaient fait leur vie aux Etats-Unis en se mariant avec des américains. Ils sont devenus américains l’an dernier et nous avons fété cela ensemble.

N était venue en échange en terminale en Californie, elle s’est mariée avec un américain, a voulu retourner en France où elle tenait un hôtel, est revenue au Kansas, travaillait pour le gouvernement du Kansas et vient de quitter ce job, pour suivre une carrière diplomatique pour le compte du gouvernement américain.

S a suivi son ami ici, s’est mariée mais a divorcé peu de temps après. Elle a décidé de rester et essaye de monter un projet.

Les serial(le)s expats

N a traversé ma vie pendant 3 ans à Kansas City : elle avait habité 7 ans en Turquie et 3 ans en Iran, elle est repartie avec son mari qui a été muté en Inde. Grace à eux, on a découvert un nouvel univers : celui de la musique.

N est française, mais a été élevée à Montréal. Elle a été expat en Inde, en Italie avant de venir à Kansas City, mais elle est déjà repartie pour Dallas. Une rencontre qui aurait pu ne jamais avoir lieu. Le destin fait que à une minute près, vous vous trouvez à côté d’une personne, qui capte une bribe de phrase et qui engage la conversation. Et c’est ainsi que commence une amitié ..

La multi-culturalité

M est venue s’installer à KC récemment. Son mari est turc et parle couramment le français. M m’a rencontrée grace à mon blog.

S est venu faire un master à l’université de KU, il y a rencontré sa femme coréenne : tous les deux ont décidé de faire leur vie ici. Cela fait 15 ans qu’ils sont là.

M est née à Washington DC, et a toujours vécu aux US. Son mari est brésilien et elle parle espagnol à ses enfants car sa mère est elle-même sud américaine mais son père français.

T, après avoir baroudé en Asie, a fait sa vie avec son mari qui est d’origine mexicaine.

A est de Montréal et elle m’emmène voir les oiseaux.

et tou(te)s les autres …

Et j’ai d’autres ami(e)s .. A (nos filles sont ensemble à Montréal), E, J, A et encore M rencontré(e)s, tou(te)s là avec leur histoire, arrivés il y a 20 ans, 10 ans, ou juste un an et même reparties.

Des rencontres faites par hasard ou par l’intermédiaire de groupe en Californie.

A Kansas City, les rencontres entre francophones se font la plus part du temps par hasard car il n’y a pas de groupe d’accueil. Un jour comme cela, on entend parler français, on tend l’oreille et on s’interpelle.

et enfin, merci à mon blog … 

Ces rencontres se font aussi par l’intermédiaire de mon blog : et ça, ça fait super plaisir … j’ai accueilli plusieurs personnes par cet intermédiaire et j’ai aussi rencontré des gens extra, retrouvé aussi des amies qui blogaient

Voilà, la vie d’expat, c’est aussi très intense : tranches de vie faites de rencontres, d’amitiés .. on devient presque une famille .. mais comme dans tous microcosmes aussi d’autres moments sont plus difficiles, avec ses aléas parfois. On est comme sur une île : à nous de faire en sorte que cela se passe bien .. en apportant notre personnalité, notre histoire, nos tourments mais surtout nos joies.

8 Comments

  • Je suis impressionnée devant le nombre d’amitiés francophones que tu as pu lié en 6 ans…. je pense que c’est parce que je travaille à temps plein mais j’ai plus de mal à me faire des vraies amies, surtout que les gens en Asie restent peut être moins longtemps…

  • J’étais d’accord avec ton précédent article sur les relations longues distances avec les amis, mais pareil lorsque je fais le point je me rends compte que j’ai rencontré beaucoup de monde, des personnes que je n aurais pas forcement rencontre ailleurs et ca c est chouette!
    C’est sympa de s etre retrouve par le blog 😉

  • C’est très joli et très émouvant ce que tu as écris, toutes ces expériences font avancer et nous épanouis chaque jour 🙂
    L’expatriation doit changer la vie, peut-être bientôt mon cas en 2016 ^^

  • C’est génial en effet de pouvoir rencontrer des gens avec parcours si différents et tellement intéressants. C’est aussi ce que j’ávais apprécié pendant notre expatriation, et même ce que j’apprécie au quotidien où que je sois …
    Je te souhaite encore tout plein de belles rencontres

  • Je suis scotché par le nombre d’amitiés que tu as liées en 6 ans aux USA même des amitiés francophones en plein milieu à KC.
    Une expatriation telle que la tienne, ça doit te donner une fameuse ouverture d’esprit, ca doit même changer une vie.
    A chaque article dans le genre, ça me fait tellement rêver …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.