Premier marching band de l’année : the wizard of OZ

C’est toujours un moment très émouvant pour nous. Quand notre seconde fille, commence sa saison de marching band. Un sentiment de fierté, mais surtout, une forte émotion, comme celle de se dire, que nos enfants vivent une aventure extraordinaire.
Nous leur avons donné une vie différente de celle de leurs copains français, nous les avons peut-être un peu déracinés, mais au final, cette vie nous permet de vivre des évènements forts.. cela nous fait dire que cela rattrape peut-être le reste.
Pour la troisième année consécutive, ma grande puce Amy, (la seconde) fait partie de Marching Band : la fanfare qui accompagne les matchs de foot de sa high-Shool.
Ce n’est pas seulement une fanfare, et cela va bien au delà. Des pas à apprendre, synchroniser la marche à la musique, se synchroniser soi même sur les autres, tout en intégrant sa position et son mouvement. La tache est ardue.
C’est un entraînement qui débute dès la fin de l’année précédente : ils doivent apprendre le morceau, se réunir entre section (de même instrument). Il y a un leader qui doit motiver, diriger et organiser. Les élèves se retrouvent entre eux dans l’été et l’année scolaire commence bien avant la rentrée par un “summer camp” qui a lieu durant une semaine, pluie ou vent, quelque soit la température … no matter what : de 7h00 à 3h00. Ils finissent en général sur les genoux.
Dès la rentrée, le ton est donné : c’est école dès 6h50 : les élèves doivent être sur le terrain dès 7h00 pétante et ne comptez pas sur la compréhension de la prof si vous avez une minute de retard : aux US, l’heure c’est l’heure, et même plus : je l’avais déjà dit : you earlyer, you’re on time ; you’re on time, you’re late ; you’re late : you’re in a big trouble.

Vendredi dernier était donc leur première représentation. Le morceaux n’était pas entier (pas encore totalement mémorisé), mais nous avions déjà un aperçu. Le thème cette année était : Le Wizard of OZ (le magicien d’OZ : on fète les 75 ans du film : de quoi rendre hommage à cette légende, au spectacle et à l’histoire qui je vous le rappelle, se situe dans le Kansas .. eh oui, rappelez-vous : que dit Dorothée après la tornade ??? “We are not in Kansas anymore”..

Tous les ingrédients d’un spectacle à l’américaine sont rassemblés :

  • la mascotte : le cougar de l’école

 

 

  • The match (en l’occurrence, pas grand monde ne le regarde, surtout quand l’équipe perd 0-quelque chose)…
  • les Chears leaders (pompom girls)
(photo de l’an dernier)
  • et Marching band : dans les gradins durant le match,
  • et sur le terrain à la mi-temps : nous venons pour la mi-temps pour ne pas manquer le spectacle…
Dorothée, le lion et le robot

et la vidéo qu’un gentil parent .met en ligne .. suite au prochain épisode …

Merci de me lire !

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.