3 ans de Kansas … entre adaptation, intégration et acceptation …

Il y a 3 ans aujourd’hui le 3 août, nous posions nos valises ici au Kansas… le déménagement arrivait le lendemain, la maison que nous étions venus acheter était prête à nous accueillir.
Et il y a trois ans, nous n’avions qu’une envie c’était de repartir le plus vite possible … retourner en Californie, ou même en France, en tout cas ne pas rester.
Mais nous avions fait un choix : celui de rester aux États-Unis et ce choix, même si il ne semblait pas être le plus facile à prendre, nous avait paru la meilleure solution.
Mais entre faire un choix et l’assumer après, il y a un énorme pas à faire. Le quotidien à assumer, l’éloignement l’isolement.. apprivoiser notre nouvel environnement, le comprendre, l’assimiler, comprendre les gens, leur mentalité.
Bref un long voyage intérieur à faire pour ne plus avoir l’irrépressible envie de sauter dans le premier avion et repartir..
Autant vous dire donc, que les débuts ne furent pas des plus faciles .. grands moments de solitude : après 2 ans et demi de Californie, non, c’est sur, le Kansas ne me faisait absolument pas rêver.
Alors que s’est il passé ? et bien nous pouvons dire, que nous avons pris nos marques, que nous avons un peu mieux compris notre environnement et donc nous nous sommes un peu plus fondus dans la population et nous pouvons le dire : nous nous sommes adaptés et donc, presque INTÉGRÉS.

Je dis presque car je ne suis pas devenue une American “mom” prête à m’investir dans toutes les causes et les activités de mes enfants. Je ne me suis pas non plus investie dans une église, pour me trouver un groupe (or les églises ont une présence énorme dans le Midwest) … je vis un peu en marge il est vrai mais justement, cela me permet d’alterner entre la découverte de ma région, mon activité de maman entrepreneur, voir mes copines américaines et françaises (pardon francophones), mon blog … et assumer mon quotidien bien rempli avec mes 4 enfants et un mari, souvent absent et écrasé de boulot.

L’adaptation 
J’ai commencé par regarder le champ devant chez moi, je me suis imprégnée du vert de ses herbes, puis quand le choc commençait à s’estomper, je suis partie à la découverte de mon environnement avec curiosité. J’ai découvert un monde que je ne soupçonnais pas…

La vie de tous les jours
J’ai commencé peu à peu à ne plus me servir du GPS, à savoir où je pouvais trouver toute la nourriture, les magasins dont nous avions besoin, à savoir où nous pouvions sortir sans regarder un guide, à faire des choses auxquelles je n’aurais jamais pensé avant comme, aller écouter de la musique dans des lieux improbables, aller voir un rodéo, assister à un match de foot .. aller visiter l’usine de Harley Davidson…

Les rencontres
Nous avons fait beaucoup de rencontres : français, belges, canadiens, américains : des personnalités étonnantes. amis expatriés, amis définitivement installés, ou amis de passage. Nous nous sommes créés un environnement, un espace, une bulle …

Les enfants
J’ai vu mes enfants prendre racine à l’école et se créer de nouvelles amitiés. Je les ai vus s’adapter et réaliser des choses inconnues pour nous.
Voir les amis des enfants débarquer à la maison, pouvoir discuter et faire connaissance avec leurs parents, organiser des activités, des visites, les retrouver à des manifestations : toutes ces petites choses qui font le quotidien de chacun sont devenues peu à peu des habitudes. Les évènements de la vie scolaires sont devenus aussi plus accessibles pour nous : nous avons assisté avec émotion à la graduation de notre fille aînée, préparé le bal de prom, assisté au spectacle de Marching Band de notre seconde.

Nos plus grands challenges
Mais je crois que le plus grand défi que nous ayons eu à faire face a été, cette année, d’accompagner notre aînée sur le chemin de l’université. Rien, nous ne connaissions rien au système éducatif des États-Unis et il nous a fallu beaucoup d’énergie pour le comprendre. Nous avons fait beaucoup d’erreurs car nous ne savions rien … mais heureusement, nous arrivons au terme de ce parcours du combattant et le résultat est plutôt positif … Notre seconde s’apprête à prendre le même chemin et c’est beaucoup plus confiants que nous l’abordons.

Et maintenant, l’heure du choix

Nous voilà un peu sortis de ce brouillard dans lequel nous avons évolué les premiers temps au Kansas. Nous avons choisi l’an dernier de rester encore au moins deux ans, le temps que notre seconde termine sa High School.  Mais après je ne sais pas ce que l’avenir nous réservera.
Nous en discutons souvent avec nos amis francophones ici .. beaucoup sont là depuis très longtemps. Ici, là où nous sommes, la vie est facile… agréable .. simple…. Kansas City est une belle ville, riche culturellement parlant et forte d’une histoire passionnante … et le coût de la vie est beaucoup moins élevé qu’ailleurs. Les gens le disent : ici : It’s a good place to raise children.

Certes nous sommes isolés, loin d’autres grandes villes et autres endroits.. Oui j’aimerai bien faire disparaître ces 900 km de plaines qui nous séparent des montagnes, mais bon … nous arrivons toujours à assouvir notre passion de découvertes et nous ne nous lassons pas de ces vacances passées à arpenter l’Amérique. ..

Aujourd’hui 3 août 2014, je suis toujours là, à Kansas City et je pense que ce choix, difficile à assumer au départ a peut-être été le meilleur que nous ayons fait.

Et l’an dernier, j’écrivais déjà un article pour nos deux ans !

Merci de me lire !

26 Comments

  • Ton article me parle enormement. Nous venons d’arriver en Floride (hier) après 6 annees a San Diego et 5 au Quebec. Je suis euphorque a l’idee de tout decouvrir et aussi un peu decouragee de tout devoir refaire (changement d’ecole pour mes filles, rencontrer des nouvelles personnes …). Mon mari ayant perdu son travail en Californie et un poste interessant en Floride lui a ete propose, on a donc pas hesite a traverser le pays. Comme toi la Californie me manqué deja …mais la France est plus proche. Bonne continuation dans ta vie au Kansas et pour ton blog que j’aime enormement.

  • Merci pour cet article et ces fabuleuses images d’outre-Atlantique!
    L’adaptation…tout un programme. Comparer à toi, je ne suis partie qu’un an en Australie. Mais j’ai pu ressentir cette perte de repères, j’ai même eu une période, au bout de 3 mois, ou mon cerveau “refusait” l’anglais: je ne comprenais plus rien et n’arrivais plus à parler, alors que la veille tout allait pour le mieux!
    Se re-créer un quotidien, prendre de nouveaux repères, en résumer sortir de sa zone de confort! Je crois qu’il n’y a pas de meilleure chose à faire dans la vie!!
    Belle journée 🙂
    Sandrine
    http://ca-blogue-dans-ma-cuisine.com/

  • Je découvre ce blog auourd’hui. C’est génial de rencontrer tant de gens différents, avec des mentalités, des habitudes qui ne sont pas du tout les notres. c’est très enrichissant mais aussi très stressant j’imagine, c’est vraiment courageux ! Je vais m’abonner pour suivre, je ne voudrais pas rater le reste 🙂

  • j’aime beaucoup votre article, il me donne l’impression de voyager ! c’est une superbe expérience, surtout pour vos enfants !
    je m’en vais découvrir vos précédents articles ! à bientôt 🙂

  • J’espère vivre un jour aux États-Unis, je ne sais pas encore où, comme je n’y suis jamais allée encore, je veux d’abord parcourir les États qui m’intéressent & voir où nous pourrons nous poser, travailler, & fonder une famille .. Chaque ville a quelque chose à nous offrir de toute manière, & je suis contente pour toi, pour vous qu’après ces trois années vous vous sentez bien là-bas.. Je compare ton texte un peu à ma vie à Marseille. Il y a 3 ans quand j’y vivais, je ne supportais pas, je n’attendais qu’une chose remonter dans le nord, et au fur & à mesure, j’en ai eu marre de cet entourage familier depuis plus de 20 ans .. Marseille me manquait, et je l’ai su quand j’y suis retournée, j’ai su qu’on avait pris la bonne décision de repartir vivre là-bas .. Même si au niveau de l’acceptation ce n’est pas une région super facile pour se faire des amis .. !
    Enfin, bonne continuation pour ta vie là-bas 🙂
    Belle semaine

  • Tout d’abord merci pour ces jolis partages… Je vous felicite pour votre courage et votre soif de decouvertes.. Nous habitons en France et nous avons aussi pour projet de partir..l’endroit ou vous vivez est juste magnifique !!! Bonne continuation et encore merci!!

  • Très chouette ton récit, ça me donne vraiment très envie de m’abonner à ton blog, suivre tes aventures est une dose d’exotisme pour moi en France !
    C’est chouette que vous ayez fini par vous adapter, et bravo pour tous les obstacles surmonté.
    Je te souhaite une belle deuxième année à Kansas City !!
    A très bientôt

  • ton article m’a donné des frissons. Bravo pour votre adaptation, j’ai déjà entendu beaucoup de gens qui ont repris le chemin du retour car ils n’arrivaient pas à s’adapter et avaient le mal du pays. Mais vous vous êtes accrochés et vous vous êtes adapté Bravo. Et bravo a tes enfants qui s’en sortent avec l’école.

    • merci … oui on s’est accroché : à vrai dire, nous n’avions plus le choix car nous ne sommes pas expatriés mais maintenant résidents.. plus d’attaches avec la France

  • Très bel article ! Je viens d’emménager à Dallas où mon amoureux a trouvé un post doctorat. Je ne sais pas encore ce qui m’attend ici et c’est parfois un peu effrayant mais j’espère m’adapter aussi bien que vous. Bonne continuation et merci de nous faire partager votre expérience !

    • J’ai visité Dallas l’an dernier et même si les mentalités sont vraiment différentes et peut etre encore plus diffiles à cerner, Dallas est une ville interessante… Bon courage pour cette aventure..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.