Yellowstone, la magie d’un parc hors norme : #3 La Lamar Valley

De Mammoth Hot Spring, où je vous ai laissés la semaine dernière, vers l’est se trouve la Lamar Valley. Nous quittons les paysages lunaires de fin du monde du centre du Yellowstone, pour une vallée d’un autre genre.

Lamar Valley

C’est une vaste étendue verte, très sauvage. Il n’est pas rare d’y croiser de très nombreuses espèces sauvages, dont des ours, des grizzlis et des loups. Nous nous ne verrons que des proghorns (sorte d’antilopes), des elkes et des bisons.

faune du Yellowstone

Lamar Valley : une expérience à ciel ouvert

Une expérience écologique intéressante y a été tentée : en 1995, des experts ont réintroduits des loups dans cette partie du parc. Ceux-ci étaient présents lors de la création du parc en 1872 et furent exterminés peu à peu. Vers 1950, les loups avaient été pratiquement éliminés des états de l’Union. Ce sont donc des loups du Canada qui ont été réintroduits. Une dizaine au départ. Plus nombreux après.
Cela a modifié tout l’écosystème d’une manière assez surprenante : non seulement cela a permis une plus grande régulation des populations de cervidés, mais cela a entraîné toute une cascade d’effets sur l’écosystème.
  • En réduisant la population de coyotes,
  • En augmentant la dispersion des troupeaux d’animaux sauvages qui avaient pris l’habitude de paître toujours aux mêmes endroits et ainsi diminuer le stocks d’herbes sauvages,
  • En épurant les mêmes troupeaux des animaux malades, vieux ou les jeunes moins valides, ils ont permis une sélections naturels permettant l’établissement de populations plus saines et plus fortes de ces mêmes troupeaux. Ils ont permis aussi de diminuer ainsi la transmission et la prévalence de maladies contagieuses comme la brucellose.

Ces cascades d’évènements ont aussi entraîné une modification des paysages, notamment des berges des torrents de montagnes : en modifiant les comportements des élans et autres animaux de ce genre, ils ont permis aux arbustes de repousser le long des berges, ce qui a permis aux castors de restaurer des barrages le long des torrents et ainsi augmenter la purification des eaux du torrent, en retenant ainsi les sédiments.

Traverser Yellowstone pour atteindre la Lamar Valley

Pour arriver dans cette vallée, au passage, nous allons admirer l’arbre pétrifié, qui se trouve sur la route du nord.
Pour vous situer la Lamar Valley, celle-ci se trouve au nord est de la double boucle du parc.
La Lamar Valley est propice aux balades. C’est un environnement vraiment sauvage et peut-être l’un des coins les moins touristiques du parc. Nous n’y croiserons que quelques groupes de photographes amateurs, venus traquer le loup et le grizzli. Autant les loups sont difficiles à voir. Il est recommandé de venir au levé du jour, autant, il faut rester sur ses gardes concernant les ours.
Nous décidons quand même d’aller nous promener. Les consignes sont simples, pour être sur de ne pas se trouver nez à nez avec un ours, il faut faire du bruit : chanter à tue tête par exemple…
Le coin est reculé.. la nature sauvage … et ce ne sont pas les loups que nous croiserons, mais plutôt les bisons.

et les rares habitants de la région, se déplaçant en carriole sortie d’un autre temps.

Lamar Valley
Nous sommes dans une immense clairière, plus exactement une meadow. Et à un moment, un bison planté en plein milieu nous obligera à le contourner en quittant le chemin.
Lamar Valley
Lamar Valley
Lamar Valley
Lamar Valley
Lamar Valley

Voilà, une belle balade le long de cette clairière qui nous a quand même laissé quelques traces : nous étions prévenus : nous avons eu plusieurs frayeurs, quand au loin nous avons entendu des bruits suspects, nous avons pensé à un ours et avons vraiment avancé sur nos gardes : en fait, il s’agissait d’un bucheron. La proximité des bisons qui nous a finalement juste perturbé à un moment.

Ma petite puce est revenue avec des tiques (encore une plaie de la campagne américaine) et nous avons du faire attention, où nous posions les pieds car l’herbe était pleine de Poison Ivy, une plante allergisante très coriace.
Cela ressemble à une grande prairie des alpes et bien sur on aurait tendance à se dire que cela ne vaut pas autant le coup que l’autre partie du parc. Oui, mais ici, c’est une nature à l’état pure.. ou presque, rien à voir avec ce que nous connaissons déjà. Je vous invite à venir goûter à la nature sauvage et solitaire de ce parc hors norme.
L’aventure n’était pas finie .. rendez-vous au Grand Canyon de Yellowstone.

Retrouvez mes autres articles sur Yellowstone :

Arrêt sur image
Yellowstone, la magie d’un parc hors norme :
#1 Old Faithfull et Norris Geyser Basin
#2 Mammoth Hot Spring

Retrouvez aussi, les deux articles que j’avais écrits au sujet de la faune des parcs nationaux :
Les Z’animaux des parcs nationaux américains N°1 et
La Faune des parcs nationaux N°2

Merci de me lire !

7 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.