Sur la Route 66 : Baxter Spring, Kansas : les trésors cachés de l’Amérique profonde

Rentrés à la maison mais encore les yeux remplis de ce que nous avons découvert lors de nos vacances.

Samedi 28, nous partions direction, sud toute, en direction de Dallas, pour faire escale chez nos amis puis pour filer le lendemain encore plus au sud à San Antonio : voir carte ci-dessous.

La route est longue pour y aller, plate et le chemin le plus court est de passer par la Highway 35 qui croise non loin de chez nous. Sauf que nos amis habitant dans la banlieue est de Dallas, il était presque plus intéressant de couper plus directement par la 69, une route moins large et qui se confond sur une centaine de kilomètres avec la Route 66 .. oui, oui, la Mother Road …

Cette route se prend donc au sud de Kansas City et est doublement historique car elle était en fait bien avant la 66, une route dite : Military road frontier, la route qui séparait les états de l’Union (le Missouri entre autre) et les Territoires qui n’étaient pas encore colonisés. Elle est donc parsemée de forts militaires. Elle a de plus été le témoin des exactions de la bande de William Quantrill (dits les Quantrill’s) qui venait du Missouri, allègrement massacrer les premiers colons du Kansas qui s’étaient déclarés anti-esclavagistes.. une longue histoire peu reluisante, mais passionnante.

En arrivant à la pointe sud-est du Kansas, non loin de la frontière avec le Missouri et l’Oklahoma, nous avons donc croisé un tout petit bout de la Route 66.

C’est donc dans le village de Baxter Spring que nous avons fait notre premier stop.
C’est fou, ce que nous avons découvert dans ce petit coin paumé.
En venant du nord, nous sommes d’abord tombés sur ces panneaux, vestiges d’une époque révolue, où les Indiens Osages étaient les seuls habitants.

Au même endroit, c’est une commémoration de la deuxième guerre mondiale et une distinction.

En regagnant la route principale, nous retrouvons la 66 (le trajet n’est pas toujours bien indiqué). La magie est là d’un seul coup. Nous sommes seuls au monde. Le petit visitor center est fermé.. Apparemment, la vie s’arrête le samedi ici.

On s’y croirait presque, sauf que nous ne saurons jamais si les pompes marchaient vraiment.

Un peu plus, loin, sur la Main street, la magie est toujours là, mais la ville est deserte.

On hésite aux choix entre un village de western, ou un petit village abandonné…

Au coin de la rue, nous tombons sur un mur peint et un petit écritaux sur un restaurant à l’abandon : c’est le lieux d’une ancienne banque qui avait été dévalisé par le sinistre Jesse James : décidément, il nous suit celui-là (ou l’inverse, lire ou relire, les articles que j’ai écrit sur sa terre natale non loin de chez nous dans le Missouri.)

de l’autre côté de la rue, le Café on the road.
Une autre attraction indiqué par mon guide (Road Trip USA Route 66, édition MOON : je vous le recommande) est la fontaine à SODA de l’autre côté de la rue.. nous l’apercevrons de loin..
Mais l’histoire ne s’arrête pas là, car juste avant de quitter ce petit village : la route était encore longue et nous avions déjà en tête de nouveaux arrêts, nous avons filé voir un monument érigé à la sortie de la ville : à cet endroit avait eu lieu un des plus grands massacres de la Guerre de Sécession : plus de 100 soldats non armés de l’Union, dont beaucoup d’African Americans, avaient été fusillés par une sinistre bande de Quantrill (incluant Jesse James), des bandes rebelles confédérées du Missouri. 

Et juste avant de dire enfin, “We are not in Kansas anymore”, nous n’avions pas vu ce petit pont pourtant une des fierté de la ville..

Et nous quittions le Kansas et entrions en Oklahoma, sans quitter la Route 66 … à suivre …
Question subsidiaire : qui a dit la célèbre phrase : “We are not in Kansas anymore!” ????

9 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.