L’héritage historique de San Antonio, Texas : les Missions

J’ai souvent entendu dire : “Aux États-Unis, il n’y a pas d’histoire !” … c’est clair l’histoire commence en 1492, quoique, les peuples natifs, ont eu, eux aussi, leur histoire.
Au lycée, à la High School, mes deux filles doivent prendre deux unités de valeurs d’Histoire Américaine, et je peux vous dire : le cours est très très dense. Elles me racontent parfois, ce qu’elles apprennent. C’est une histoire passionnante, entre les premiers colons, les guerres d’influences entre nationalités, les confrontations avec les natifs, la conquête de l’Ouest, la Guerre Civile, la ségrégation et enfin, les combats pour la reconnaissance des droits des African Americans. L’histoire américaine est d’une extrême richesse.
Aujourd’hui, je vous emmène  à la rencontre d’une histoire ancienne, celle de l’implantation des Espagnols dans les Terres du Sud, plus particulièrement au Texas : les Missions. On retrouve aussi en Californie, tout une chaîne de Missions construites tout à fait dans le même esprit.

Mission Concepcion

 

Devant toutes les missions, on est accueilli par une réplique miniature de l’édifice. On la retrouve ici à peu près comme elle était au milieu du 18ème siècle. Sur les façades de l’édifice, on trouvait des carreaux de faïences qui donnaient un peu de couleur. Ils ont pratiquement tous disparu.
Elle fût transférée du l’est du Texas en 1731.

 

 

Les missions servaient aux espagnols à consolider leurs implantations. Ils étaient partis du sud et remontaient vers le nord.

 

 

Ils s’installèrent là et dans leur volonté de diffuser la religion catholique, ils établirent des lieux de cultes avec des habitations autour où les familles d’Amérindiens vinrent se sédentariser. Les premières tributs qu’ils rencontrèrent, fut les Tejas qui donnèrent plus tard, leur nom à l’état.
Ils apportaient, l’eau, la nourriture, et une certaine sécurité à ces tributs nomades. La vie à l’intérieur des enceintes étaient très organisée, autour des récoltes, mais aussi des pratiques religieuses.

 

 

Cependant, après juste 70 ans de présence sur ces terres, les populations avaient diminué dramatiquement, emportées par les maladies amenées par les Européens. Ces missions ont eu leurs heures de gloire entre 1747 et 1775, en dépit des attaques, des Comanches et des Apaches. Les aides militaires ne furent jamais adaptés et en 1824, les missions furent divisées en terrain et les églises revinrent au clergé local.

 

 

 

 

 

 

En descendant plus vers le sud, on tombe rapidement sur la Mission San José
Elle fut construite en 1720 et de par sa taille, elle fut baptisée : The Queen of the Mission. Le village était central. La forme de la mission montre comment la vie sociale s’organisait : des murs massifs faits de pierre, formant une enclos tout autour de la mission : à l’intérieur de ces murs, les demeures des amérindiens.

 

Cette mission était un modèle d’organisation sociale.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mission San Juan

Cette mission fut aussi transférée de l’est du Texas en 1731. C’était une ferme où l’on cultivait des fruits et des légumes. En 1762, on dénombrait 3500 moutons et à peu près le même nombre de vaches.

 

 

 

 

 

Enfin, la dernière, peut-être la plus petite et la plus typique, en tout cas, la plus éloignée : Mission Espada.
Elle est aussi la plus ancienne. Elle fut fondée en 1690, mais a bougé en 1731, pour atterrir à cet endroit, au bord de la San Antonio river.

 

 

 

Certains disent que l’arche cassé de la porte est une erreur faite par celui qui la construisit, mais beaucoup trouvent de la beauté dans cette inversion de lignes inattendues.

 

Ces missions sont donc dans la ville de San Antonio et font partie des services des parcs nationaux. Leur visite est gratuite. Le Visitor Center est situé en face de San José. A cet endroit, on peut y voir un film qui permet de comprendre leur organisation.
Ces missions aidèrent à la fondation de la ville de San Antonio. Depuis 1920, la ville travaille de manière à préserver ce patrimoine, issus de l’histoire de son héritage espagnol et amérindiens.

 

3 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.