Davy Crockett, l’homme qui n’a jamais peur … Remember Alamo !

Il était né dans le Tennessee.. Vous vous souvenez, certainement de cette chanson..

A vrai dire, en visitant ainsi le Texas mais aussi l’Ouest américain, j’ai réalisé combien nous avions été marqués par la culture cinématographique américaine. De vieux souvenirs, des flashs qui sont revenus comme cela.. des très vieux souvenirs d’enfants, à vrai dire. 

La chanson de Davy Crockett raisonnait dans ma tête tout au long de cette visite : Alamo .. un monument visité par plus de 4 millions de personnes par an .. il représente à lui seul, plusieurs symboles : symbole de résistance d’un peuple contre un autre, le début du processus de création de l’état du Texas et bien sur la tragique fin de Davy Crockett, l’homme qui n’a jamais peur, lors du siège d’Alamo en mars 1836.

Alamo est un évènement majeur dans la marche du peuple texan vers son indépendance. Il fut le théâtre d’un siège de 13 jours et d’un combat féroce entre l’armée mexicaine de Santa Anna, composée de 1800 hommes et une poignée de résistants (189). Le combat fut inégale et tous les assiégés moururent le jour de l’assaut, le 6 mars 1836, massacrés.

Ce jour-là, un des hommes de Santa Anna déclara : « encore un combat comme celui-ci et nous irons tous en enfer ». Environ 600 hommes moururent là, 4 à 600 méxicains et environ 200 côté texan.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là : Santa Anna, le commandant des forces mexicaines continuaient sont ascension vers la côte, avec une armée de plusieurs milliers d’hommes. Il fut surpris et encerclé dans les collines de San Jacinto. La bataille ne dura que 18 minutes et Santa Anna capturé, capitula.
C’est un certain Sam Houston qui signa le traité de paix et qui devint le premier président de la République du Texas. 
Le Texas était né, nous étions le 21 avril 1836.
Le Texas est le seul état à avoir été indépendant avant d’intégrer l’Union en 1845.

Le site d’Alamo, longtemps laissé à l’abandon, fut récupéré par des hommes d’affaires et un grand magasin vit le jour à côté. C’est par la volonté de certaines dames, « daughters of the Republic », que le bâtiment de l’église fut rebattit. Le magasin fut détruit et à l’emplacement où tant d’hommes étaient mort dans des combats de corps à corps, un petit musée est né. 

A l’origine, Alamo était une mission. Elle avait été fondée en 1718 et érigée en 1744. Elle répondait au nom de Mission San Antonio de Valero. Elle était la première de la région. Ce sont les missionnaires espagnoles qui l’avaient fondée. Les amérindiens y étaient rassemblés et participaient à la vie paisible des missions. Malheureusement, les maladies les décimèrent de manière dramatique.

Juste face à Alamo, un monument rend hommage aux hommes qui combattirent et moururent le 6 mars. Il y avait là, Davy Crockett mais aussi son ami, Jim Bowie et le commandant William B Travis.

Pour finir, j’ai trouvé cette infographie sur la bataille d’Alamo et j’ai rajouté les paroles de la fameuse chanson, que je suis sure vous avez déjà en tête … Davyyyy Davy Crockett, l’homme qui n’a jamais peur …

 Y avait un homme qui s’appelait Davy
Il était né dans le Tennessee
 Si courageux que quand il était p’tit
Il tua un ours du premier coup d’fusil

 Davy, Davy Crockett, l’homme qui n’a jamais peur

A quatorze ans il s’était perdu
Dans un désert vaste et inconnu
Pendant dix jours il marcha vers le Sud
Sans rien manger qu’un petit peu d’herbe crue 

Davy, Davy Crockett, l’homme qui n’a jamais faim

Pendant la guerre contre les indiens
Il combattit tout seul contre vingt Ayant une flèche plantée dans une main
Il l’arracha avec son autre main

Davy, Davy Crockett, l’homme qui n’a jamais mal

Dans la forêt au cœur de l’hiver Quand il chassait les loups et les cerfs
Le torse nu et les bras découverts
Il s’en allait riant des courants d’air

Davy, Davy Crockett, l’homme qui n’a jamais froid

Quand les Peaux-Rouges demandèrent la paix
Davy serra la main qu’ils tendaient
Avec les chefs il fuma le calumet
Mais sans rien boire, pas même un verre de lait

Davy, Davy Crockett, l’homme qui n’a jamais soif

On l’présenta pour les élections
Et ses discours remuaient l’opinion
Il était là dans toutes les réunions
La tête froide malgré son émotion

Davy, Davy Crockett, l’homme qui n’a jamais chaud

C’était un homme qui s’appelait Davy
Tout le monde ici se souvient de lui
Face au danger, à la peur, à la nuit
Face au devoir, à la mort, à la vie.

Davy, Davy Crockett, l’homme qui n’a jamais fui.

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.