High School Chronicles : Envers et contre tous, leur apprendre l’art de ne rien faire !

Oui ! un drôle de titre à vrai dire, mais ce matin, j’ai eu une conversation interessante avec mes deux grandes ados.

Ici, les adolescents sont dans le TROP ..

(petite précision pour ceux qui attérissent sur mon blog sans me connaître : nous sommes une famille de 4 enfants et nous habitons aux US depuis 5 ans : nos deux plus grandes vont à l’école américaine depuis 4 ans. Après avoir habité 3 ans en Californie, nous avons déménagé il y a deux ans au Kansas en plein centre…)

Il faut être beau, toujours en action, être sportif, jouer d’un instrument, aller à l’église le dimanche matin, aller aux compétitions le samedi dans la journée, apprendre à conduire, aller bien sur aider dans des oeuvres de charité, faire du bénévolat pour un club d’animaux, aller travailler un peu pour payer l’essence de la voiture, éventuellement faire ses devoirs et encore en option dormir un peu … et aussi ne pas oublier d’avaler quelque chose pour tenir dans tout cela …
Le sport c’est tous les jours après l’école de 15h à 18h pour mes deux grandes, et les compétitions le samedi… 7 miles (10 km)  de courses tous les jours, étirement et complément yoga jusqu’à 18h : ça c’est pour la plus grande, un peu moins intense pour la seconde.
La musique, les répétitions, c’est tous les matins à 7h pour Amy (la seconde) et ce jusqu’à 9h, et marching band tous les vendredi soirs.
Ça vous paraît déjà beaucoup, voire énorme ? 
Ben pour moi aussi … 

Mais pour certains ici, ce n’est pas suffisant : parce-que les amis de mes grandes, en plus de faire tout cela, en font encore plus. Après le cross country, certaines vont faire du foot (socker). D’autres vont courir le matin avant les cours parce-que ce qu’elles font n’est jamais assez. 1 fois, 2 fois à 5h30 du matin, il faudrait que Mahault aille courir. C’est sans compter la masse énorme de devoirs à faire et encore toutes les choses pour préparer son entrée à l’université l’an prochain (les tests à prendre, les dossiers d’inscription et ce fameux permis qu’elle n’a pas encore passé mais que toutes ses copines ont alors qu’elles ont à peine 17 ans….) Et je ne vous parle pas des petits problèmes de santé que tout cela occasionne….

Voilà, être occupé en permanence, l’étourdissement continuel :
Et la pression est énorme pour suivre le même chemin…
Mahault est en classe IB et cela signifie beaucoup de devoirs, mais les copines ne comprennent pas .. et commencent à la blâmer de ne pas en faire autant ..
Alors en tant que parent, on lutte, on essaye de conseiller, d’orienter et de leur dire qu’elles suivent le bon chemin.. et qu’elles n’ont pas besoin d’en faire plus.
On finit par faire l’apologie de la paresse …
Just STOP ! 
Take a breath 
Take a rest !

Comment font-ils ? Que deviennent-ils ? 

 

Parfois, ils craquent, ils sont à bout… ça s’appelle le Burn Out : Pas assez de sommeil, pas le temps de se poser, de rêver de s’ennuyer … l’inaction, l’inactivité les rend malheureux … ils n’ont jamais été habitués à se poser, jamais pris le temps d’apprécier un moment seul face à eux même … et toujours dans le manque de sommeil.
Ils avalent n’importe quoi pour tenir, pourvu que ce soit sucré, pourvu qu’il y aie de la caféine… ou parfois autre chose … et comme malgré tous les bons conseils que leur donne le coach sportif, ils continuent à avaler n’importe quoi, c’est le surpoids assuré lorsqu’ils arrêteront le sport .. et la porte ouverte à toutes les addictions…

 


Un début de vie trop chargée … 


Petite parenthèse : un mouvement est né il y a près de 4 ans par l’intermédiaire d’un film : Race to Nowhere.. En voici un trailer et vous comprendrez .. cela rejoint un peu tout ce que nous vivons en ce moment par rapport aussi à leurs années High School : la course vers l’université (le colllege) ..


PS : je n’ai rien contre aller à l’église le dimanche matin, mais c’est pour montrer qu’ils n’arrêtent jamais.. et ici, les églises sont pleines les week-ends..

13 Comments

  • Connais-tu le Teenager Liberation Handbook, écrit par une ancienne prof américaine, en anglais, pour les ados américains, pour leur faire comprendre que cette vie là n’est pas la seule alternative. C’est passionnant. On y retrouve les principes développer par John Holt sur le unschooling et comment on peut réussir dans la vie sans se plier auxpseudo obligation de la société (scolaire principalement)

    • merci pour l’info .. j’irai voir .. Il y avait eu aussi un film qui a beaucoup fait parlé de lui il y a 4 ans : Race to nowhere et qui dénonce un peu cet état de stress permanent .. qui a abouti à des suicides et en tout cas à des burn out d’élèves …

  • Ah oui… en effet ! Un témoignage très intéressant, merci !
    Je suis effarée, mais pas tout à fait surprise. Un peu, si quand même. Je ne m’y attendais pas à ce point là.
    Dans une certaine mesure (tout est toujours question de mesure), l’ennui fait partie de la construction d’un enfant ou d’un ado. Cette inaction ne correspond pas à une position “off” du cerveau et permet de développer bien des capacités, évidemment.
    Quelle pression sur les épaule de ces jeunes. Où est le bon sens ? En vacances ?
    Il est très instructif, ton billet.

    • merci pour ce commentaire : oui .. malheureusement même en vacances, ils ne débranchent pas … et l’école est omniprésentes en tout cas ici même les mois de juilllet et fin juin … Il y a peut etre un peu de répis début juin …

  • C’est impressionnant ! Je suis en terminale S et je ne me pourrai absolument pas faire tout ça ! Déjà parce que le système de transport où je vis est insuffisant (je prend le car à 6h50 pour aller au lycée à 8h) mais surtout parce que j’ai besoin de temps pour me retrouver avec moi même !
    Je ne comprend vraiment pas le but de vouloir en faire toujours plus… Pour combler quelque chose ? Pour ne pas avoir le temps de penser ? Essayer d’être parfait ?
    Je suis vraiment étonnée car je ne ressens absolument pas cette pression en France. Il n’y a pas de compétition entre les élèves, ni au niveau des résultats scolaires (ça vient après le bac ça…), ni au niveau des activités extra-scolaires ! Ce serait donc typique de la société américaine ?
    Par contre je suis étonnée, les lycéens n’ont cours que de 9 à 15h ? Quelle chance !

    • tu as donné une partie de la réponse : être parfait .. beaucoup de façade .. et tu as raison pour la pression : elle n’est pas la même en France. La compétitivité n’est pas tant entre eux car ils sont assez solidaires .. non c’est dans la volonté d’être parfait .. par contre, non, les cours sont de 7h40 à 14h40 mais tous les jours du lundi au vendredi… la musique est dans l’emploi du temps mais le sport est en plus mais se passe à l’école et les coach sont des profs en fait…

  • En même temps tu vis aux US, c’est quand même le pays où les enfants sont le plus sollicités lorsqu’ils font partis de la middle-class et plus.. Je suis expat’ en Belgique depuis 4 ans, c’est moins glamourous je suis bien d’accord 🙂 mais mon mari travaille dans une boîte américaine, voyage toute la semaine et rencontre autant de nationalités que ce globe puissent avoir, le fait qu’il soit autant confronté aux cultures me laisse perplexe quand à ce qu’il en ressort: les enfants ne sont jamais assez boosté, le monde de demain sera pour les enfants qui font des jogging à 5h30 et qui n’arrêtent jamais, les meilleures univ’ ne suffisent pas il faut des activités extra scolaires, toujours , plus des backgrounds qu’à 30ans je n’ai pas !!! J’essai d’être le dos d’âne ralentissant le rafale que peut être mon mari, pourtant ton billet m’a fait repenser à tout ça, et est bien la preuve que notre société s’emballe.. encore et toujours ! Nous avons pour projet de s’expatrier plus loin, en asie, au moyen orient ou aux usa mais finalement quelque chose me dit que ce sera le même combat !

    • Yes .. merci pour ton témoignage … pas sure que l’avenir appartiennent à ceux qui se lèvent à 5h30, peut être plutôt à ceux qui sont plus raisonnables : 6h45 me parait plus raisonnable … ok, il faut une longueur d’avance, mais il ne faut pas aller dans la démesure qui aboutit vraiment à un burn out, il me semble …

  • Quand je vois ton billet et ma vie, je me dis que je prends assez de repos pour plusieurs américains en même temps. Ne serait-ce que le w-e, personne ne me voit, je ne sors même pas à cause d’une énorme fainéantise et pourtant la semaine de cours, c’est pas tant que ça, “que” du 8h30-17h30 avec la moitié de pratique. Mais ça sera jamais autant que ce que les américains font.
    Ils sont dans le trop comme tu dis mais je pense qu’en France, on est dans le pas assez et au final, ça se voit dans le travail (j’aurai bien envie de parler des fonctionnaires mais je vais m’abstenir).
    Il faudrait faire beaucoup plus d’échanges pour apprendre aux américains à se relaxer et aux français à se bouger 🙂
    Et dis à tes filles que se reposer, c’est bien aussi et de ne pas trop être entrainer dans cette folie sinon elles finiront par se griller le cerveau ahaha.

    • Je suis assez d’accord avec la comparaison entre le “trop” des Américains et les “pas assez” des Français.
      En revanche, la remarque sur les fonctionnaires est dispensable, car il existe des travailleurs consciencieux qui ne comptent pas leurs heures dans la fonction publique comme de fieffés tires-au-flanc dans les entreprises privées.

    • Merci pour vos commentaires …Alors, là, je vous parle de ado ici aux US, en tout cas ceux que je vois évoluer autour de mes filles .. de leurs sur activités …et de leurs années de lycée … je ne sais pas si on peut généraliser à la société tout entière .. ce n’était pas l’objet de l’article en tout cas…

  • Je ne sais pas si on peut comparer les jeunes français aux jeunes américains, il y a un tel fossé entre eux…. Dans mes souvenirs de lycées nous n’étions pas sportifs les professeurs tentaient en vain de nous motiver. Côtoyant des jeunes ils passent à mon gout plus de temps sur les réseaux sociaux ou sur leur téléphone qu’à faire du sport en plus ils se lèvent volontiers à 11 heures du matin. Les activités extra scolaires sont bien développées mais elles sont payantes et il faut bien souvent que les parents conduisent leurs enfants pour y accéder ce qui n’est pas toujours possible. Je pense enfin ce n’est que mon point de vue qu’en France c’est après 30 ans que le sport se développe beaucoup (course aqua gym salle de sport). Après il faut trouver une juste limite entre le trop et le trop peu…. quant à l’esprit de compétition je pense qu’ici le bon élève est moqué par ses camarades tout du moins au niveau du collège la jalousie envers celui qui réussi est toujours présente dans beaucoup de domaines.

    • Non, on ne peut pas comparer .. juste constater .. côté réseaux sociaux, ils ne sont pas en reste aussi ici .. mais cela ne concerne pas tous les élèves mais il est vrai que cela va de pair : ce genre d’élèves hyper occupés et sportifs sont en général les meilleurs éléments …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.