L’Amérique dans tous ses Etats : interview de son réalisateur, co-producteur Laurent Le Gall

Et voici comme promis, l’interview de Laurent Le Gall, réalisateur, co-producteur de l’émission L’Amérique dans tous ses Etats.
La semaine dernière, Laurent a répondu à mes questions : il nous raconte sa vie, la genèse de l’émission et sa vision de l’Amérique.
Retrouvez un descriptif de l’émission et la présentation de cette interview dans mon article précédent : L’émission, son guide et son réalisateur.
Peux tu nous décrire ton parcours en tant que réalisateur/ producteur ?
 
Le déclic : A 13 ans j’ai vu Le Lauréat avec Dustin Hoffman et j’ai su que je voulais faire des films.
Mon père a crée pour mes 15 ans un club de cinéastes amateurs en Bretagne.
Ensemble nous allons écrire, tourner et produire une quinzaine de courts métrages en Super 8 avec l’aide de copains et de ma famille. Une expérience inoubliable !
Dans le même temps, je fais chaque semaine une émission radio de 2 heures sur le cinéma sur une radio libre en Bretagne.
Mon bac en poche, je “Monte” à Paris faire une école l’ESRA ( école supérieure de réalisation audiovisuelle) où je vais rencontrer un prof de mise en scène exceptionnelle : Jean François Tarnowski. Violement Charismatique et brillant, Tarno va devenir un mentor, un maître Jedi.
Après mon diplôme je pars faire mon service militaire sur le Porte Hélicoptère Jeanne d’Arc où je fais des films pour le Service audiovisuel des armées. Un an de campagne dans l’océan indien, 15 pays visités, des heures de tournage en Hélico. Là encore inoubliable !
De retour à Paris je vais réaliser 200 films de communications pendant 5 ans pour plusieurs sociétés de production et apprendre tous les rouages du métier, camera, réalisation, création, communication, production etc …
Puis la télé avec Gérard Klein que je rencontre pour réaliser l’émission Va savoir (le bus jaune et les enfants: on sillonne la France au son des Beatles). Encore, un souvenir magnifique avec une équipe géniale, les enfants, Gérard avec qui je me suis tout de suite très bien entendu.
Ton choix d’habiter et de vivre en Californie ?
 
Mon premier voyage Aux états Unis je le fais l’été 96. San Francisco. Gros choc ! Gros coup de foudre ! Un jour, je vivrai ici. Je reviens régulièrement et j’y rencontre Sandrine, Française qui vit aux States depuis longtemps qui a créé un label de World Music, Tinder Records, par lequel, elle importe et diffuse de la musique africaine.
On s’installe à San Rafael à 15 minutes au nord du Golden Gate. Je gagne la Carte Verte à la loterie ! On a un enfant, Lhassa et nous nous lançons : 40 films !
La genèse de l’émission : comment est née l’idée de cette émission ?
 
En 1996, lors de mon premier Grand Voyage aux States, je pense à L’Amérique et à Gérard Klein avec qui je travaille sur Va Savoir en France. Ça pourrait s’appeller L’Amérique de Gérard Klein. Les années passeront. Avec l’ère Bush ce n’est pas facile de faire rêver avec L’Amérique. Puis avec l’élection de Barack Obama en 2008, tout devient possible.
Gérard trouve le titre final “L’Amérique dans tous ses états” ; je contacte un producteur à Paris François Fèvre. Il aime le projet, le propose à la chaîne Voyage.
On co-produit François, Gérard et moi, deux pilotes tournés en Californie et dans le Sud Dakota. La chaîne Voyage aime.
On en fait 10, puis 20 puis 30.
Le but ? Une collection sur les 50 états américains. Direct 8 diffusera 15 épisodes de la série sur la TNT.
TV5 monde entre dans la danse et diffuse la série dans 60 pays dans le monde dont les Etats-Unis. Cet été, ça se diffuse sur Voyage et TV5Monde. On nous écrit de partout pour nous encourager. Avec  la page Facebook (www.facebook.com/ladtse), nous sommes vraiment en contact avec les gens. Ça prolonge de plaisir.
Pourrais tu expliquer rapidement le concept de l’émission ?
Le concept c’est la découverte ou plutôt la Redécouverte des Etats-Unis à travers la rencontre des gens. Des américaines et des américains qui nous racontent leur Amérique à eux, leur quotidien, leur passion. C’est Gérard Klein qui incarne l’émission. Nous le suivons dans chaque état des états Unis. C’est une série de Road Docs à travers l’Amérique d’aujourd’hui, d’une manière informelle, décontractée.
A quel niveau interviens-tu ?
 
En tant que co-auteur avec Gérard, nous sélectionnons les états où nous souhaitons aller. Ensuite nous écrivons le film en amont à 50 % et nous laissons les 50 autre % nous arriver. La vie. Les rencontres improvisées, le hasard.
En tant que coproducteur et producteur exécutif, je suis chargé d’organiser et produire le tournage et le montage aux Etats Unis. Avec ma Femme Sandrine Di Rienzo, nous nous occupons de la production, de l’organisation de la logistique, du tournage et de la post production.
En tant que Réalisateur, je suis en charge du tournage. Nous tournons à 2 caméras avec Greg qui est aussi le monteur de l’émission.
Gérard, Greg, Sandrine et moi, nous nous connaissons bien et nous aimons vraiment travailler ensemble. Une petite équipe très soudée et très fiable qui s’entend bien, c’est primordiale : ce qui se passe bien derrière la caméra se voit devant. Et pour moi il est essentiel de travailler dans le plaisir.
Comment prépares tu l’émission ?
 
Dans mon bureau j’ai une grande carte des Etats Unis. Ce territoire que je commence à connaître me fascine. J’ai envie d’aller où je ne suis pas encore allé : L’Alaska, Certains états des grandes plaines.
Ensuite à travers les bouquins, les gens que je connais,  l’internet et … le bac à Sable. Mon fils est à l’école française. Sur le playground, le soir on y croise plein de gens super intéressants. Une source formidable de contacts. Laurent m’avouera lors de notre discussion par Skype, que c’est à cet endroit, qu’il a rencontré le bassiste de Metalica.
Je suis aussi Burner depuis 10 ans ( Burning Man créé à San Francisco et qui se passe dans le désert du Nevada depuis 20 ans), une mine de personnages dans une ville éphémère.
Ce qui nous intéresse ? Les gens, les vrais gens, les histoires, les rencontres.
En 3 ans de tournage, nous avons parcouru des milliers de miles, rencontrés 300 américains, traversé des contrées et des paysages insensés …. Les Etats-Unis,  c’est un pays d’une rare beauté !
 
Comment s’organise le tournage de l’émission ?
 
On tourne dans 2 états limitrophes pour tourner 2 films. Une voiture. 15 jours de tournage. Et on the road again ! Nous sommes 3. Pas de radio, c’est Gérard qui s’en charge. Ça chante, ça rigole, ça cause. C’est la réalité, 3 copains dans une voiture qui file sur l’horizon. Chaque rencontre est pleine de surprises.
Le montage ?
 
Avec Greg qui fait les images avec moi, nous montons le film ensemble. Nous nous retrouvons en Californie et pendant 3 semaines, nous regardons tout et nous montons le film de 52 minutes. En même temps, nous revivons notre voyage en lui donnant un angle, une direction que nous travaillons au montage. Avec Greg nous nous se connaissons depuis 18 ans. L’amitié est décidément un ingrédient clé de cette aventure.
Combien de temps entre le tournage et l’émission présentée ?
 
Il peut se passer des mois. Cela dépend de la programmation des chaînes. En ce moment sur Voyage et TV5Monde, vous pouvez nous retrouver quasiment chaque jour. Surveillez les programmes.
Avez vous des projets pour continuer l’émission ? Il reste encore pas mal d’états à visiter et peut-être pas les plus connus … à quand une émission sur l’Arkansas, le Colorado ou le Missouri et Kansas, le Dakota du nord, l’Illinois… bref, il en reste tant… un calendrier ?
 
On étudie le calendrier pour continuer l’aventure. Bien sur on veut faire la région des grands lacs. On va partir aussi dans le Tennessee, le Mississippi. On prépare 2 films exceptionnels en Alaska.
Et Gérard Klein, c’était comment de tourner avec lui ?
 
Avec Gérard on se connaît depuis 15 ans. Nous avons fait 100 films ensemble dans le monde. Entre Va Savoir dans toute la France, la série Gérard Klein autour du monde et L’Amérique dans tous ses états. Gérard est un instinctif qui adore l’improvisation. Il me fait aussi une grande confiance dans les choix et la réalisation finale.
Les souvenirs de tournage de LADTSE sont des éclats de rire, des rencontres formidables et des paysages exceptionnels. Je sais y’a pire comme ambiance de bureau mais rassurez vous on en est tous très conscients !
L’émission aurait-elle été possible avec une autre personne ?
 
On l’a faite ensemble. Gérard a son style fait de décontraction et de bienveillance. Nos voyages sont des roads movies souriants et colorés. Et l’ambiance qu’il y a sur le tournage se voit à l’écran.
Lors d’une interview*, Gérard Klein a déclaré qu’il y avait deux choses qui l’avaient marqué aux US : 1- tout était big et 2-les gens parlent facilement car ils sont habitués à se mettre en scène : est ce que tu retiens aussi cela des américains ? plus largement, ta vision de l’Amérique et des américains ?
Depuis 15 ans que je sillonne ce pays. J’en parle à tout le monde. J’aime vivre ici. Nous avons été très bien accueillis partout. Les américains ont aussi ce savoir de la communication. Ca verbalise. C’est le paradis pour tourner ici.
Pour conclure, qu’est ce qu’on apprend quand on part comme cela à la découverte des américains : hommes célèbres que vous avez interrogés ou hommes de la rue ?
Un état d’esprit, une manière de voir la vie. Ici en Californie et malgré les épreuves (car il y en a), il y a toujours ce farouche optimisme  qui consiste à voir le verre à moitié plein qu’à moitié vide.
Cette culture de l’échec aussi. Les américains parlent volontiers de l’échec.
On n’apprend plus de ses échecs que des ses succès. Ici l’échec est fondateur, source de questionnements et de remises en question. J’aime ça.
J’ai rencontré des américains exceptionnels : David Best un artiste incroyable qui fabrique des temples à Burning Man et qui les brûle, Eugene Tsui un architecte avant gardiste dont le combat est une source d’inspiration, Carlos Santana dont la passion pour la musique est insensée mais aussi Dan O’Brien l’écrivain éleveur de Bisons dans le Sud Dakota qui nous a amicalement recommandé à Jim Harrison….
Cette série était un rêve. Toutes ses rencontres me nourrissent en tant que film maker mais aussi en tant qu’homme.
Mon grand plaisir est de voir mon fils de 9 ans Lhassa pousser et  s’épanouir dans cette vie californienne, rencontrer tous ces gens, parler 3 langues … Quelle belle vie !
Qu’est ce que cela t’a apporté à toi personnellement ?
 
Je vis dans ce pays. Ma femme est américaine. Mon fils est né à San Francisco : il est américain. Je vais bientôt le devenir aussi. Je découvre en profondeur et en faisant mon métier, mon pays d’adoption. C’est un privilège dont j’ai conscience.
Sur quels autres projets travailles tu ?
 
Des tonnes de projets !
  • un tournage avec le photographe Yann Arthus Bertrand à Burning Man cette année,
  • une série de films sur Paul Walker un homme Handicapé qui va faire un voyage incroyable en Side Car dans l’ouest américain,
  • une série sur l’environnement avec mon ami le designer Eugene Tsui dans le monde,
  • une autre série avec l’astro physicien Olivier Lai sur la science à Hawaii,
  • une fiction à Burning Man que j’écris pour Jean Marc Barr  avec mes co-scénaristes Christophe Lambert ( L’écrivain) et le scénariste Jean Louis Milesi (que j’ai rencontré à Berkeley),
  • une web TV,  La French Tv que l’on a crée avec Stéphane Osmont.

Ah ! et j’oubliais … finir la série des 50 états pour l’Amérique dans tous ses états !!

Un grand merci à 
Laurent Le Gall 
pour avoir répondu à mes questions et bonne route ….
Cette émission connaît un grand succès ; elle est rediffusée tous les lundi sur TV5 Monde et sur la chaîne Voyage.
Continuez à vivre l’émission sur la page facebook qui lui est dédiée : www.facebook.com/ladtse
PS : de nombreuses personnes demandent si il y a des DVD de l’émission : pas encore, ils sont en recherche d’éditeur.
Toutes les photos et vidéos ont été utilisées avec l’autorisation de Laurent Le Gall.
Crédit photo : Scott London, Gilles Bonugli Kali, Frank Terras et Francoise Klein.

Et pour comprendre : une interview sympathique de Gérard Klein.

14 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.