Un samedi pas très américain, quoique … histoire de deux success stories à l’américaine…

C’était samedi dernier : un samedi pas comme les autres qui commence par une success story à l’américaine et qui fini par une autre success story à l’américaine aussi mais avec une fin très drôle : enfin, moi j’ai trouvé …
Le matin : il était donc prévu d’aller visiter une patisserie-chocolaterie appelée André’s : Son histoire, c’est simple : André était un chocolatier patissier suisse de Lausanne, sa femme de Bâle. En 1955, ils décident d’émigrer aux Etats-Unis car André n’arrive pas à créer son propre commerce : il y a trop de concurrence : alors on lui parle de Kansas City où il n’y a pas, à l’époque le moindre chocolatier… sauf qu’il n’y a pas de marché en fait ..puisque personne ne mange de chocolat à Kansas City… mais sur un terrain vierge, André bâtit sa réputation .. Il n’utilise que des produits brutes, beaucoup de beurre… et il produit que des produits d’un standard inédit à l’époque. En 1970, il ouvre un tea-room : sert ses patisseries et viennoiseries…
Son fils Marcel prend la relève puis en 2001, c’est la 3rd génération qui prend le relaie : René et sa femme.
Aujourd’hui, il a pignon sur rue à Kansas City, MO. Il a ouvert un second magasin dans la banlieue sud chic côté Kansas.
En fin de visite, il nous a exposé leur stratégie de développement : pas toujours facile de s’exporter quand on est un patissier-chocolatiers : ils ont testé différentes voies et semblent s’orienter vers l’ouverture d’autres boutiques sur le territoire américain.
Ce jour-là, c’est René qui nous fait visiter l’arrière boutique : et nous sommes libres de prendre toutes les photos que nous voulons … sauf que je n’ai pas pris mon appareil, étant persuadée, qu’il ne me servirait à rien : donc ce sont des photos d’iphone …. Nous sommes 15 (interdit au moins de 12 ans)… et on se régale les yeux …
Les employers sont souvent là depuis plusieurs dizaines d’années : fidèles au poste, les yeux pétillants et au bout de leur doigt, un savoir faire inestimable … Le tour a duré une heure et demi : nous avons vu défiler devant nos yeux des tas de gâteaux, chocolats, pains … nous avons eu le droit de goûter certaines choses (amande enrobée : la fierté de la boutique).. .. et nous étions déjà en fin de matiné …. dur de résister …
du début jusqu’au produit fini et jusque dans nos assiettes.

On passe dans le coin des gâteaux…

On continue du côté des pâtes pour cookies, biscuits,  et on arrive côté chocolat …. Il nous explique les histoire de tempérance du chocolat.. ils nous montre des centrifugeuses où ils fabriquent les amandes enrobées… Par contre, il y a un marché à lui proposer : il ne connaissait ni la crème double de la Gruyère, ni les pralines roses dans la brioche … (je lui ai parlé de la pognes et du Saint-Genis du Roannais : on verra si il s’y met ou pas un jour …)
A la fin, on repasse du côté boutique pour s’apercevoir que les bonnes brioches que j’avais repérées, n’étaient plus là et que le stock de croissants avait disparu … moi qui fait une fixation sur les brioches…
mais avec la visite venait en fait un lunch juste après. Nous avons donc pu nous restaurer (oui, parce-qu’ils tiennent aussi un restaurant) et en dessert, nous avons pu choisir parmi leur spécialité .. Moi j’ai pris un feuilleté .. j’en ai l’eau à la bouche de vous en parler …
La deuxième partie de notre journée, s’est déroulée dans un autre coin de Kansas City : nous étions là du côté Kansas mais à KC, KS … dans un stade de foot .. Oui Kansas City est une des meilleures équipes de foot-ball (notre foot ball, le soccer quoi) .. Ce jour-là, l’équipe affronte les Timbers de Portland (Oregon)… et il nous fallait y aller car de très bons amis américains de Portland sont des grands fans des Timbers et de plus ils sont originaires de KC.
Sporting KC est annoncé gagnant à l’avance …

Sauf que le match ne se déroule pas comme attendu et que notre ami (qui n’est pas un ami mais que nous avons déjà rencontré en chair et en os), Aurélien Colin, le petit frenchy de l’équipe, n’est pas au mieux de sa forme … Donc ils cèdent le match avec 3-2 pour Portland.
L’équipe de KC a le moral dans les chaussettes .. Ils ont du se faire engueuler, c’est sur .. sauf que, une fois dans les coulisses du stade (grace à quelqu’un que nous connaissons), nous nous retrouvons derrière un joueur en vert, qui traîne les pieds : alors je l’interpelle et lui dis : “So you go back to Portland now ?” et il se retourne vers moi, et me dis dans un anglais avec un bon accent français : “Yes, we are going back”… et tilt, je lui réponds aussitôt : “Vous parlez français” : il me répond : “Oui, je suis français” … et on commence à engager la conversation et il nous dit : qu’il est en fin de carrière et qu’il est venu la finir à Portland et que c’est une ville super sympa … puis il nous dit qu’il n’est pas le seul français… et son collègue arrive d’ailleurs … la conversation continue et nous leur demandons si nous pouvons prendre une photo avec eux :

des gars super gentils : Frédéric Piquionne et Mickael Silvestre… vous connaissez surement…

Ils doivent monter dans leur bus … les Timbers partent : nous repassons de l’autre côté, et nous ne pouvons pas partager notre rencontre : l’ambiance est trop lourde …  Voilà la seconde success story de la journée …

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.