Quand nos enfants nous arrachent des larmes d’émotion..

Un petit texte qu’a écrit Mahault, ma grande, grande, pour un site d’écriture… comme quoi, on n’a pas idée du déracinement que subissent nos enfants …
Quand on part comme cela au grès des expatriations, on ne se rend pas compte au début : c’est le temps qui vous fait prendre conscience qu’au fil des ans, nous avons perdu un peu de nos racines. Alors le meilleur moyen de reprendre pied, c’est aussi d’avoir un lieu de rassemblement, un lieu où chaque année, on revient : un endroit stable qui sert de point de repère et vers lequel, toujours notre esprit repart quand le mal du pays se fait sentir.
Cette année, nous ne rentrerons pas en France et je sais que nos enfants subissent déjà ce manque. Ce sont des petites phrases au détour d’une conversation, une petite remarque … une larme ou une émotion.Pour moi, c’est différent, cette année, cela ne me manque pas .. je ne sais pas pourquoi.. peut-être qu’il y a trop d’émotions à gérer quand on rentre, peut-être que j’ai juste envie de rester tranquille cette année.. de ne pas subir ces longues heures d’avion, de ne pas gérer des retrouvailles, les déceptions et surtout, surtout le moment du départ… Oui habiter à l’étranger, c’est aussi gérer tout cela …
Je vous laisse avec le récit de ma grande grande puce… A 3 ans elle partait habiter à Taiwan, à 6 ans et demi, elle rentrait en France pour 5 ans. En 2008, elle quittait son cher collège pour la Silicon Valley et en 2011, elle arrivait au Kansas : elle a eu 11 écoles différentes tout au long de sa scolarité qui touche maintenant à sa fin. … et cette fois-là, nous nous sommes jurés de ne plus lui faire changer d’école … 3 ans de stabilité ne seront pas de trop …désolé c’est écrit en anglais ….

So many places, so many houses,
Sometimes I wonder where home is.
I close my eyes and remember,
That there is a chalet,
In the French Alps where,
The keys to enter are
Laughter and Imagination.

Upon entering I am startled by,
A snore erupting from the couch,
Once again Papou fell asleep,
Reading the newspaper.
He’ll wake up soon though to tell me,
Nestor the Dwarf’s latest adventure.

I smell a wondrous aroma,
Escaping from Nanou’s realm.
White clouds of sugar are rising,
In the kitchen oven.
Oh how I can’t wait to savor these meringues !

Running and running up the stairs I go,
On my right a mysterious bedroom.
Tis Uncle’s Olivier’s cavern,
Of secrets, miniature train sets,
Dusty glasses, film rolls,
And ancient manuscripts.

Across the hall is the dormitory.
Inside Matthieu is playing guitar,
Singing to the top of his lungs.
Li-Ming is talking to,
Her stuffed animals,
And Amy is on her bed reading Harry Potter,
For the seventh time.

“Eh les gars venez dehors !”
We all fly to the window.
Outside, holding a makeshift bow,
A little boy with golden curls,
Gallops across a sea of grass,
Thinking that he’s Legolas,
Leading an army of elfs.

So we all join him in the fresh air,
And ignoring the parents’ demands to come back before sunset,
We escape to our enchanted forest.
Time ceases to exist,
The Rock behind the tennis courts is our fortress,
The sticks on the ground are our swords,
We are the masters of our own world.

In Vallouise we live through the seasons:
Leave raking, rainy days, and mushroom picking when the trees are ablaze,
Igloos, snowmen, and snowball fights when the earth sleeps under a white blanket,
Flower bouquets, bird watching, and egg hunts when the world unveils a mosaic of pastel colors,
Hikes, picnics, and stargazing when life is as joyous as the sun illuminating the endless summer sky.
Before we know it,
These seasons succeed each other,
And years go by.
Children become teenagers.
Teenagers become adults.
Adults become elders.
When we were children we thought the haunted house across the street was scary,
Now some things are more serious,
Now some things are heavier to carry.
But as long as we come back to Vallouise,
The child in our hearts will live on.

et après, elle a donné les explications suivantes :
I wrote this free verse poem for my junior English class. Our assignment was to write a love poem; not only could this poem express its love towards one’s significant other, but it could also express one’s love for a family member, a friend, a place, a sport, or even food. Mine is about Vallouise, a little village located in the Southern Alps. You see I live in the U.S, but I am originally from France (I was born there, I speak, read, and write the language, and I am also a French citizen.). Ever since I was three I have lived in France, Taiwan, California, and now I live somewhere in the Midwest. No matter where I’ve lived though I have always gone back to my grandparents’ chalet (cabin) in the Alps during the summer. That is why Vallouise holds a special place in my heart: it is were I grew up, it is were I have made the best memories, it is my true home. Ps: “Papou” is my grandpa, “Nanou” is my grandma, and all the other people are family members

10 Comments

  • Je crois qu’il n’y a rien a rajouter. Elle s’exprime extrêmement bien et meme si le deracinement est la, ta fille semble savoir que son port d’attache est bien dans les Alpes en France. ..et on lui souhaite en avance d’avoir encore cet été, plein de bons moments ! O

  • Quel poème émouvant, (même si j’ai eu besoin de Google Traduction), on ressent parfaitement tout l’amour pour ce village… Il a l’air très important pour elle, pour votre famille.

  • C’est magnifique et très touchant, ta fille écrit très bien. On perçoit bien l’attachement aux racines familiales, qui sont tellement précieuses quand on part habiter si loin. C’est sûr que ce n’est pas évident de toujours rentrer pour les grandes vacances et tu le dis bien, beaucoup d’émotions quand on rentre, quand on repart…Alors peut-être imaginer cet été quelque chose d’un peu différent et exceptionnel à faire et à vivre en famille pour que rendre cet été 2013 un peu ‘spécial’?

    • merci … oui, on va essayer de faire quelque chose de spécial .. nous allons une semaine en NOCAL … entre les deux sessions de summer school des deux grandes … je pense que cela va nous replonger dans nos souvenirs … (NOCAL : north California)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.