La majorité : Avoir enfin 18 ans aux Etats-Unis

C’est bien connu, l’enfant américain est élevé dans une bulle où tout est safe-control et testé pour éviter qu’il ne saisisse trop rapidement que le monde n’est pas qu’un monde de bisounours.
Un enfant américain n’a jamais quitté papa, maman … n’a jamais bu une goutte d’alcool (il est strictement interdit d’ingérer une goutte d’alcool avant ses 21 ans révolus.).. a entendu toute son enfance qu’il était awesome, et ensuite, a passé son permis à 14 ans et a eu sa première voiture à 16.

L’enfant américain a grandi.. et arrive en High School(1). Il est un Freshmen(2). (les numéros reportent à un lexique ci-dessous)

Ses journées sont chargées :

  • Il arrive à l’école en short alors qu’il fait -10°C, à 7h du matin, sans avoir avalé son petit déjeuner et file à son club d’animaux ou d’informatique.
  • Puis les cours commencent à 7h40 et tous les jours c’est la même histoire : le même emploi du temps qui se déroule de la même façon.
  • Il joue du trombone pour le marching band de l’école, fait des solos dans le jazz band de l’école, cours de Social Study(3), à Spanish 3(4), de Chemistry à Math, et doit avaler en 20 minutes son lunch box(5) à 11h23, pour reprendre encore ses cours jusqu’à 2h40.
  • Ensuite, il court ses 5 miles(6) tous les jours en tee-shirt et short, été comme hiver, qu’il pleuve ou qu’il vente : seuls les orages le feront rester à l’intérieur.
  • Il revient chez lui, après avoir travaillé 4h chez Pizza Hut, fait ses devoirs en mangeant ses carottes crues, ses crackers et son sandwich jelly-peanut butter(7), dans sa chambre,  et après avoir complété ses 25 équations,  devant la télé avec les écouteurs sur les oreilles, sans oublier de jeter un coup d’oeil sur Facebook, il écrit 3 essais pour Social Study(3), rédige la préparation de l’exposé en Language Art(8), et apprend tant bien que mal l’imparfait en Espagnol sans trop comprendre à quoi cela sert.
  • Enfin, il se couche à 1h du mat, après avoir bu son verre de lait.

Et après, le reste du temps :

  • il fait ses 15 heures de services tous les mois,
  • participe aux compétitions de son sport tous les samedi matin et
  • va jouer dans l’orchestre des matchs de foot le vendredi soir et va aussi jouer dans l’orchestre de son église tous les dimanches matin,
  • après avoir organisé deux fundraising(9) à l’école pour aider les petits orphelins du Guatemala et prêter mains fortes aux petits vieux de la maison de retraite d’à côté.

D’ailleurs, maman a aussi participé et à la tête du PTA(10), elle a organisé en même temps que le gala du club de sport, une soirée de silent auction (11) pour lever des fonds pour le voyage au Guatémala justement.

orchestre de l’école

Mais ce n’est pas fini, car l’ado américain doit aussi penser à son avenir et doit se préparer à rentrer à l’université. C’est dès la Junior year(12) (équivalent 1ère) que cela se prépare : le courrier arrive tous les matins : toutes les universités et collèges envoient leurs publicités : du collège baptiste de Baton Rouge, à l’Université Méthodiste de Austin, Texas, en passant par Université du Nebraska : elles le veulent toutes.

Alors pour l’ado américain, commence le parcours du combatant : tout en maintenant, son classement et son GPA4 (13), et en essayant de valider le plus de classes AP (14), il doit penser à préparer les tests qui lui permettront de se démarquer du lot : PSAT est le premier, puis viendront le ACT et SAT : des tests de plusieurs heures à passer dès la Junior year(12), qui n’ont rien à voir avec un examen style bac : juste une batterie de QCM : leur score semble être la seule chose qui compte. .. que papa maman financeront joyeusement à coup de 90$ à chaque fois.. quand on aime, on ne compte pas… et avec ces scores, l’ado américain pourra enfin prétendre à intégrer le collège de son choix : euh oui, ici, on dit collège pour université car le collège français est en fait la Middle school : vous me suivez ??
Introduction à la NHS
Papa et Maman assisteront aussi avec beaucoup d’émotion à l’intronisation de leur ado à la NHS : National Honor Society (15).. tout ça tout ça, pour dire que leur rejeton sera le meilleur pour aller dans les meilleurs universités… en espérant quand même que des scholarships (16) lui soient accordées pour réduire la facture qui s’annonce salée…
A la fin de la Senior year (17), après avoir enfin reçu sa liste d’universités qui l’acceptent, l’ado américain participera à la cérémonie de graduation (18) qui marque la fin de sa High School …. une énorme fête regroupant les 600 élèves de la promo, le chapeau sur la tête et tout le tralala .. une véritable cérémonie initiatique..
Et à 18 ans, le petit chéri est lâché et quitte le nid … voilà la majorité est arrivée… et c’est en général, le grand relachement .. papa, maman ne sont plus là pour laver le linge, cacher les bouteilles de whisky de papa … et montrer le droit chemin..

Au Kansas, l’ado entre enfin dans ce qui a été depuis le début de sa vie, un but : intégrer l’université de Papa ou Maman : KState ou KU… Il y trouvera son mari, ou sa femme et le cycle recommencera …. de ses années collège, l’ado américain sortira avec son diplôme d’ingénieur, de dentiste ou de vétérinaire en poche, quelques kilos en plus dûs aux soirées alcoolisées et à la junk food de la semaine… la vraie vie commence … Voilà, c’est cela le parcours d’un ado américain jusqu’à sa MAJORITE..

et il passera ainsi d’un esprit de corps à un autre .. il deviendra partie intégrante de son université … avec sa propre identité…

Ce parcours est celui de beaucoup d’ado rentrés dans le système : je vous le promets : j’ai à peine exagéré… c’est le modèle américain et bien sur, il y a pas mal de laissés pour compte sur le passage.

Pour nous, la course a commencé : nos deux grandes puces sont dans le système depuis maintenant 4 années. Avec ma grande grande, la chasse aux universités bat son plein : Montréal, Manhattan Kansas, Cornell ou Lincoln Nebraska. Et la France ? : pas possible : elle n’aura pas le bac, mais le bac International (IB) qu’elle suit : c’est un programme qui vient en plus parallèlement à son cursus américain.

Ces deux dernières années ont été très riches d’enseignements, et il a fallu se confronter à ce système si différent du nôtre et surtout s’adapter et s’y plier.
Et hier, comme pour se souvenir que nous étions français, j’ai reçu de la part du consulat de Chicago, une convocation aux journées de Defense et de Citoyenneté pour ma grande puce..  euh, ben après avoir téléphoné un peu catastrophée au consulat, il s’avère qu’elle va en être EXEMPTEE : l’excuse est valable : 800km nous sépare de la première représentation diplomatique française … et on ne nous paie pas le voyage ….

Lexique de base pour comprendre le système :

  1. High School : lycée qui commence en équivalent 3ème.
  2. Freshmen : première année de lycée
  3. Social Study : cours d’histoire
  4. Spanish 3 : les cours de langue sont organisés en niveau : on commence une année en 1 et on évolue tous les ans .. donc un élève de 2nd peut être en spanish3 avec un élève de 1ère… et si on est très doué, on peut aller jusqu’au niveau AP et passer le test : par exemple mes filles ont validé le niveau AP de français, sans avoir eu les cours. (14)
  5. lunch box : petit sac avec lequel l’élève part à l’école et qui contient son repas.
  6. 1 miles = 1,6 km : à savoir…
  7. peanut butter : beurre de cacahuette
  8. Language Art : c’est l’anglais
  9. Fundraising : collecte de fond : un grand classique américain.
  10. PTA : Parent Teacher Association : un véritable engagement souvent pris en charge par des mamans : un boulot à plein temps (j’ai été deux ans dans le PTA de l’école en Californie … beaucoup de boulot pour trouver des sous pour organiser des activités pour les enfants)
  11. Silent Auction : enchères cilencieuse : grand classique encore : un comité essaye d’obtenir de la part de magasins, entreprises, etc des lots gratuits qu’ils mettent en enchères silencieuses sur des tables lors de soirée de fundraising pour obtenir le maximum de sous et ainsi pouvoir financer les transports pour les clubs de gym, ou pour des bonnes causes.
  12. Junior year : 3ème année de High School qui correspond à la première. La dernière année étant, la Senior year.
  13. GPA4 : système incompréhensible d’indication de niveau qui indique justement, si vous avez tout le temps des A
  14. Classe AP : voir le (3) : c’est le niveau le plus haut que l’élève peut valider en passant un test AP. Les classes AP sont donc les meilleures.
  15. NHS : National Honor Society : n’importe qui ne fait pas partie de NHS : il faut avoir un classement élevé, des notes très bonne et surtout avoir la preuve de participation à des actions de bénévolat : très important dans la société américaine.
  16. Scholarship : bourse d’étude …
  17. Senior year : la dernière année de la high school,
  18. Graduation : remise des diplômes.
Et avec cet article, je participe à l’évènement desdefis du jeudi sur le thème : “MAJORITE” des blogs MacyMa etSysyinthecity.

Bon et en lisant ce message, ma grande m’a dit que c’était quand même un peu caricatural… juste un peu …

12 Comments

  • Avec cet article, on a presque tout compris ! Mais, est-ce qu’en France, c’est si différent pour certains enfants poussés à atteindre l’excellence dès l’enfance ?

    • c’est vraiment différent dans la mesure, où tout est plus extremes : on choisit d’abord sa maison en fonction du school district car dans les quartiers plus défavorisés, les écoles sont bien moins bonnes : moins de moyens, enseignements médiocre.. ensuite, tout au long de leur scolarité de secondaire, les élèves peuvent choisir leur niveau d’enseignement : pour les math, l’anglais : il y a le standard level et le advanced level : donc déjà à un niveau de classe donné, l’enfant va avoir une différence d’enseignement. Ensuite, plus tu fais de trucs exterieurs, mieux tu es noté pour l’entrée aux universités. C’est bien de faire un sport, de jouer d’un instrument, d’avoir participé à des actions bénévoles etc … ensuite, tu as en high school, des indicateurs de niveaux : le GPA : il faut essayer de maintenir le niveau 4… J’ai commencé à comprendre ce système quand j’ai vu le film : race to nowhere :http://www.racetonowhere.com/ certaines personnes commencent à dénoncer ce système. Je le trouve très inégalitaire et elitiste, bien plus qu’en France. En france, il suffit que tu te présente dans une université au mois de juin et tu trouveras toujours qqchose, ici, cela ne marque pas comme cela. Je l’ai ressenti : je n’y comprenais rien au début et je ne pouvais pas anticiper et accompagner ma fille : on aurait pu manquer des occasions… peu à peu je comprends, mais c’est un vrai parcours du combatant.. on a heureusement la chance d’avoir des enfants qui en veulent et je coirs qu’elles tiennent cela de leur éducation dans le système français durant tout leur primaire…

  • Dans certains sens, je ne trouve pas trop de différence avec la France. sauf au niveau scolaire, mais la vie d’un gamin est semblable à ici…

    • oaui .. pas sur quand même … pas autant de sport, ni de musique … et trop de trucs à faire … et certainement un niveau plus faible ici pour la très grande majorité … parce-que là je parlais des districts où c’est plus compétitifs…

  • Le cursus scolaire est complétement différent aux US. Ils sont certes chargés tous les deux mais pas de la même manière, les optiques et le poids culturels sont différents. Je trouve pas mal le côté humanitaire (service) que les Américains proposent dans le parcours scolaire.
    Il y a beaucoup de travaux manuels, comme les maquettes, que l’on a vu et revu dans pleins de films ou le boulot des jeunes pour financer ces études, car si pas d’argent, pas d études.
    très bien ton poste.
    Bon courage avec tes loulous.

    • Merci c’est très sympa …
      tout à fait d’accord pour le côté service.. et de plus à noter quand même : il n’y a pas de filière comme en France S Eco etc … l’enseignement est aussi parfois plus pragmatique : ex : ma grande a un cours de psychologie et a eu un cours de Santé, obligatoire au Kansas<, elle avait eu de plus en Freshmen un cours de journalisme : elle avait adoré …
      tu connais Race to nowhere ?

    • Il est sorti il y a 2 ou 3 ans et a été largement diffusé dans les écoles en Californie.. Je ne sais pas ailleurs. Il a suscité pas mal de débats. Il n’est pas encore disponible à la vente directe, c’est dommage. Je trouve qu’il est plein de bons sens ce dvd.. C’était d’autant plus interessant quand je l’avais vu, c’est que dans la Silicon Valley, il y a beaucoup d’Asiatique et qu’ils travaillent encore plus que ce que je viens de dire … c’est halucinant et les parents sont totalement derrière et les profs suivent .. surtout dans les écoles où il y a 70% d’asiatiques, comme celle où allait mes filles …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.