New Orleans #5 : 1ère partie : les plantations le long du Mississippi

Un petit tour à travers le temps pour l’un des points forts de tout séjour dans la région de la Nouvelle Orléans : les plantations.
Il faut faire un choix et se concentrer sur les principales ou alors décider d’y passer plusieurs jours. Il y a les incontournables, les autres et celles plus lointaines, qu’on a failli louper alors qu’elles valaient vraiment le coup. Ouf, en tout, nous en aurons vu 5, visité 3 …
La première est San Francisco Plantation. Je l’avais visitée en 1987. L’extérieur de la plantation détonait déjà un peu dans ce paysage surréaliste. En effet, la plantation était entourée d’un grillage et juste derrière, il y avait des champs entiers de derricks de pétrole. Ce jour-là, l’arrivée dans les parrages est encore plus surréalistes : des raffineries ont fait place aux derricks. Comme je l’ai dit, il faut savoir faire abstraction de l’environnement pour apprécier les plantations à leur juste valeur.
San Francisco se repère de loin grâce à ses couleurs vives et à vrai dire détone un peu par rapport aux autres qui ont adopté un style plus créoles.
Nous n’y ferons qu’une halte pour la photo car la journée risque d’être longue et nous avons très envie d’aller plutôt à la suivante. Le parc est grand et normalement, il faut payer 10$ pour les photos .. Euh oui, la visite des plantations représente un vrai petit budget : comptez entre 18 et 20$ chacune …
Nous filons donc vers VACHERIE pour la seconde plantation : Laura A Creole Plantation : elle se visite par un tour guidé en français ou en anglais.. Le tour de français est plus tard, ok, pas de problème nous filons avec le groupe en anglais.. Le guide est très sympa et nous demande d’où, nous venons : “euh ben du Kansas voyons” : un type se retourne hilare et nous dit : “You’re not from Kansas ? right ???” “ben non ! deu !” mais d’où sommes nous alors ???
Bref, le guide a un accent à couper au couteau, le tour dure deux heures et l’humidité ambiante et la température fraiche de ce jour nous transpercent : 2 heures avec les enfants, c’est pas gagné …. et bien SI ! les deux heures sont passées comme une lettre à la poste.. nous ne les avons pas vu passer .. un guide passionnant pour une plantation riche d’une histoire .. de plantation. Construite en 1805 pour exploiter de la canne à sucre, elle était composée de 12 buildings : l’habitation principale, les communs et le village des esclaves.
200 ans d’une histoire familiale rassemblée là : la dernière descendante à y avoir habité, est la fameuse Laura, (1861-1963). A la fin de sa vie, elle habitait à Saint-Louis qui se trouve dans le Missouri (cf mon post sur Saint-Louis) au bord du Mississippi.
Elle était la petite fille du créateur de la propriété. Au départ, la famille habitait à la Nouvelle Orléans et on peut visiter dans le Vieux Carré une des maisons qui leur appartenait.
La visite commence devant la maison. Celle-ci est surélevée sur des pilotis : le Mississippi n’est pas loin juste derrière une digue. Une galerie entoure tout le premier étage : cela permettait d’avoir de l’ombre et  de créer un courant d’air. En été, il fait très chaud et très humide.
Nous entrons par le sous-sol : on y voit Monsieur et Madame, Laura, mais surtout on nous montre comment la maison est montée tout en kit avec des poutres qui s’enchevêtrent pour tenir le reste.

Ensuite, nous montons à l’étage qui est décoré aux couleurs de noël. On nous montre le miroir magique.

Les photos de famille

Ce n’est pas la cuisine, car celle-ci était dehors, mais, une sorte d’office.

Puis, la visite se continue dans le jardin à l’arrière… avec la cuisine à ciel ouvert et plus loin le village des esclaves.

On y apprend comment ils vivaient là : à deux familles entassées dans deux pièces. On découvre même un relevé du prix des esclaves. Et pour se distraire le soir, ils se racontaient des histoires, qui ont été du coup éditées.

Voilà, une très belle plantation. Elle vaut vraiment le détour et prendre le temps de la visiter vous apportera beaucoup. Il y avait du coup moins de monde que à Oak Alley, dont je vous parlerai dans un prochain message.
Un livre, écrit par Laura elle-même, a été édité sur l’histoire de la plantation. Il est disponible en anglais et en français.
Et juste à côté de Laura Plantation, on passera sans s’arrêter devant Saint Joseph Plantation.

A Suivre : Oak Alley Plantation et une très belle découverte : Houmas Plantation …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.