Le début du reste du Kansas !

Voilà, je voulais vous faire partager mon petit bout de balade dans un parc, non loin de chez moi, hier en fin d’après-midi. Nous en avons profité, la température était délicieuse ; elle a chuté de 20°C depuis, repassant en dessous de 0 ce matin et ce pour deux jours : plus au nord, plus à l’est, la neige a refait son apparition. Nous sommes une fois de plus épargnés.
J’habite à quelques 10 miles à l’ouest de la ville de Kansas City, plantée à cheval sur la frontière entre le Missouri et le Kansas, au milieu de nulle part. … in the Middle of the Middle of the Midwest. Le Midwest, c’est cette région qui va du nord au sud : de Chicago et la région des grands lacs jusqu’au Texas. Une région dure, de par son climat, une région un peu refermée sur elle-même, l’Amérique quoi, l’Amérique profonde…
Ma ville s’appelle Shawnee, du nom d’une tribu d’indiens, pardon, native americans. Elle est presque la dernière de l’agglomération, si ce n’est la dernière à l’ouest.. après, il faut attendre 70 miles pour se retrouver à Topeka, la capital, et ensuite, c’est 800 km de plaine… jusqu’à Denver au Colorado, que l’on atteint après 9-10 h de voiture.
A l’ouest de cette petite ville, que dis-je, de ce village, se trouve le Shawnee Mission Park. J’aime bien aller m’y promener.

On se balade au son des trains : une voie passe juste à l’ouest du parc : des trains … immenses, constitués d’une centaine de wagons. Ils passent tout le temps dans un vacarme assourdissant de ferraille et de sirène pour chasser les animaux de la voie.

et le jour diminue …

et en arrivant, au bout de la promenade, juste pour reprendre la voiture… le soleil … ce magnifique couché de soleil…

vers l’ouest…. vers les grandes plaines…

derrière, c’est le désert, l’océan de plaines, le néants…

lumière du soir
Traverser le Kansas, est une épreuve .. même en voiture. La nuit, c’est l’obscurité totale, le jour, le regard à perte de vue sur un horizon, plat ….. une épreuve aussi parce-que souvent, il y a du vent quand ce n’est pas la tempête.
Nous l’avons traversé par deux fois : une fois en hiver, le vent soufflait au point de renverser les camions. En été, le vent soufflait, il était brulant. Mais cela n’a duré qu’une journée, tandis que cela durait des jours et des jours pour les migrants, il y a de cela 150 ans. Voilà, pourquoi quand je vois l’horizon à l’ouest, je ne peux m’empêcher de penser à cette étendue de plaines. .. Que dis-je, cet océan de plaines… ce désert, ce néant….
Le début du reste du Kansas ….

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.