Garden of the Gods à Colorado Springs

C’est en périphérie de la ville de Colorado Springs : au loin, apparaissent des roches rouges qui émergent de la verdure et en toile de fond Pikes Peak culminant à 4300 m d’altitude. Cela s’appelle le Jardin des Dieux ou The Garden of the Gods.

C’est à la fois si proche, et à la fois, préservé du reste de la civilisation, aux portes de cette ville qui est elle-même coincée contre les Rocheuses.

The Garden of the Gods, son histoire

En 1859, deux personnes s’en vinrent à la recherche d’une nouvelle ville à construire au départ de Denver, un peu plus au nord. En explorant les environs, ils tombèrent sur cet endroit : des roches ocres et rouges sorties de nulle part. Ils l’appelèrent le Jardin des Dieux : Garden of the Gods : il comptait près de 550 hectares.

En 1879, Charles Perkins, président de la Chicago Burlington Quincy Railroad, acheta une bonne partie du terrain. Mais après sa mort, sa famille donna la parcelle de terre à la ville en stipulant que le parc devait rester gratuit. En 1909, le Garden of the Gods devint un parc gratuit de la ville.

A l’entrée du parc au sud, se trouve un Trading Post qui fut construit en 1920. Il fut construit et établi aussi pour permettre de faire connaître la culture des Indien Pueblo (présent un peu plus loin dans la commune de Manitou Springs (cf prochain article sur la Cliff Dwelling). Des indiens étaient alors employés pour participer à l’animation du lieu. Les indiens continuèrent à y travailler jusque dans les années 1950. En 1979, le trading post changea de propriétaire. Il est devenu le plus important « trading post » au Colorado. On y trouve de nombreux bijoux et artefacts natifs américains.

The Garden of the Gods, la géologie

La plupart des roches datent de plus de 300 000 millions d’années et ont résisté à l’érosion. Les roches sont formées de sable. Il y a 1 milliard d’année, Pikes Peak commença à se former. Il y a 300 millions d’années, les Rocheuses commencèrent à se former sous la pression des plaques. A l’époque, se trouvait une mer. Au Garden of the Gods, on retrouve la présence de plage, et de dunes de sable qui formèrent ces roches orange. Il y a 150 millions d’années, ce sont les dinosaures qui parcouraient le site. Et il y a 65 millions d’années, quand la plaque Pacifique s’enfonça sous la plaque nord Américaine, cela fit remonter à la surface, les roches du Garden of the Gods. La géologie de ce coin est intimement liée à celle du Plateau du Colorado, de l’autre côté des Rocheuses et à celle de ces mêmes montagnes. En 300 millions d’années, une mer recouvrit de nombreuses fois les Grandes plaines entraînant la formation successive de nombreuses couches sédimentaires.

The Garden of the Gods : écologie

Le parc est bien sauvegardé et on y retrouve de nombreuses espèces : des mules deer (biches), bighorn (mouflons), et jusqu’à 130 espèces d’oiseaux y ont été dénombrées.

Blue Bird

The Garden of the Gods : comment explorer le parc

Il existe au moins deux entrées pour visiter le parc : un réseau important de sentiers parcourt le parc. La partie la plus intéressante se retrouve sur le nord avec une boucle à faire. Un grand parking est aménagé et plusieurs balades sur des chemins pavés partent de là.

A l’est, se trouve un peu en périphérie le Visitor Center qui offre une exposition intéressante, mais aussi une vue époustouflante sur le parc, les roches rouges et en fond le Pikes Peak.


3 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *