Vestige de la Louisiane : Ste Genevieve le village français

Dans la série, les trésors cachés de l’Amérique Profonde, je vous amène à la découverte de Ste Genevieve, un village du Missouri, au sud de Saint-Louis, le long du fleuve Mississippi. Lors du week-end de Pâques, nous sommes partis à la découverte de ce petit coin d’Amérique, de l’autre côté de l’état du Missouri. Ca faisait longtemps que j’avais entendu parlé de ce village qui arborait son héritage français avec fierté. Ste Genevieve est un village qui fut créé au début du XVIII par des français venant du Québec. A l’époque, ils étaient presque les seuls à être arrivés là. La Louisiane française s’étendait de la Nouvelle Orléans jusqu’au Montana. Les trappeurs alors venaient du nord-est et arrivaient par les zones des Grands Lacs : ils venaient principalement pour faire le commerce des fourrures avec les indiens.

Ste Geneviève, une riche histoire

C’est vers 1735 que Ste Geneviève fût créé le long du Mississippi. Les premiers résidents étaient des français canadiens qui souhaitaient venir s’installer non loin du fleuve pour profiter des terres aux sols si riches. A partir de ces sols, ils produisaient du sel, du plomb et faisaient le commerce des fourrures. En 1762, la France, anticipant la défaite de la Guerre de 7 ans, céda le terrain aux Espagnols. Malgré ce changement, Ste Geneviève garda son caractère français. En 1785, une inondation entraîna un mouvement du village vers les hauts des collines un peu plus loin. En 1800, la France récupéra le contrôle du territoire, pour le perdre malheureusement en 1803, quand elle vendit la Louisiane aux américains. la population changea alors et de nombreux marchants arrivèrent. Plus tard, des migrants allemands vinrent s’installer et ajoutèrent des maisons faites de briques au caractère plus germanique.

Ste Genevieve a su garder son caractère particulier et est fier de son héritage. Il fait bon se balader dans le village. Nous nous garons au centre et nous commençons à marcher le long des rues.

Au hasard de notre découverte, nous tombons sur une maison arborant un drapeau Québécois : c’est la Maison Bolduc, du nom de son fondateur. Louis Bolduc était arrivé avec sa famille. La maison est typiquement d’architecture créole et se visite. La propriété est entourée d’une palissade en bois.

L’intérieur a été sauvegardé et on y retrouve des meubles typiquement français de l’époque. La cuisine est à l’extérieur et était réservée aux esclaves de la maison qui y cuisinaient et y vivaient. Et oui, l’Etat du Missouri était parmi les états esclavagistes, malheureusement.

Notre balade se continue dans le village qui oscille entre style colonial et style plus récent.

Cette maison fut créé en 1818 par un marchant francophone, Jacob Philipson. Elle devint alors la Maison de Felix et Odile Pratte Vallée.

La rue principale remonte vers l’église : l’église catholique trône au centre du village et est la plus ancienne église catholique enregistrée dans l’Archidiocèse de St Louis. Les premiers actes civils (mariages, baptêmes, enterrements) signés dans cette église, datent de 1759. L’église ne fut pas tout de suite bâtie à cet endroit. C’était au début une église faite de troncs d’arbres. Lors de l’inondation de 1794, elle migra sur les hauteurs du village. En 1831, le bâtiment en pierre fut construit.

La partie sud du village, est dans un style plus américain, mais il ne manque pas de charme. Je vous emmène dans mon prochain article, à la découverte du cimetière et d’autres maisons coloniales se trouvant à l’extérieur du village, vers les rives du Mississippi. En attendant, je vous laisse admirer ce petit village au charme désuet. J’ai trouvé que le site avait été bien sauvegardé.

Rendez-vous sur Hellocoton !

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *