High School Chronicles : Freedom of speech face aux drapeaux

J’ai glané quelques histoires du coin où j’habite pour venir vous en parler : des histoires qui ne peuvent pas prendre place ailleurs qu’au Midwest. Les temps sont durs en ce moment, l’actualité me submerge jour après jour, mais j’ai décidé de garder fois en l’humanité malgré tout et surtout après mon passage la semaine dernière en ville : je vous explique tout cela dans ces nouvelles High School chronicles, ou chronique du Midwest pour les 3 articles qui suivent.

Une histoire de drapeaux

Depuis le début de l’année, on a vu apparaître dans le parking de la High-school de mes filles, des drapeaux américains. Au début, il était seul, un gars avec sa casquette et son énorme drapeau américain planté à l’arrière de son pick-up. Un excès de nationalisme évident, mais certainement politiquement marqué. No comment, nous sommes au pays du Freedom of speech et la réalité est bien là alors autant l’accepter : l’état, le quartier, la commune ne se sont jamais démarqués en votant démocrate majoritairement, alors où est le mal ?

Puis, ce gars a été rejoint par un autre, puis un autre. Ils se réunissaient le matin un peu avant l’heure et faisaient du Tailgate (BBQ un peu à l’image de ce qui se passe sur les parkings de stade avant les matchs). Et puis, l’histoire a commencé à coincer, le jour, où ils ont commencé à faire des parades autour du parking. L’administration a bien essayé de faire aussi quelque chose lorsqu’ils ont commencé à se garer à cheval sur deux places. Ces deux prétextes ont même pu être avancés le jour, où deux de ces gars, se sont pointés avec un drapeau Confédéré à la place du drapeau américain. J’en avais repéré un : j’avais pu le photographier… ce jour-là, en sortant de l’école et en ramenant ma fille, j’avais été comme pétrifiée par ce que je voyais.

A vrai dire, j’ai même trouvé cela grotesque et preuve d’une ignorance crasse : être du Kansas et se réclamer du drapeau des confédérés, c’était faire injure à l’Histoire de l’état qui s’était construit en votant CONTRE l’esclavagisme dans sa propre constitution. C’était l’état voisin, le Missouri qui envoyait ses milices punitives, à l’assaut du Kansas, pour les « remettre dans le droit chemin ». Le conflit avait même dégénéré et était devenu ce qui devait plus tard causer la Guerre Civile (la Guerre de Sécession).

Mais apparemment, ces deux gars ne l’entendaient pas comme cela et voulaient juste honorer de façon quelque peu provocatrice, un héros national (Général Lee) sans AUCUNE allusion à l’esclavagisme, bien sûr !!!. C’est en fait, ce qu’ils ont avancé comme arguments quand, des élèves offusqués ont commencé à les apostropher.. Se réfugiant derrière le Premier Amendment, ils ont déclaré que rien ne les empêchait de se balader avec un drapeau confédéré. Certains ont argué que c’était illégale, ou que la Liberté d’expression s’arrêtait quand celle-ci provoquait des « disruptions ».

Finalement, ces élèves ont été suspendus 3 jours par l’administration : les problèmes de parking et de dérangements occasionnés par ces drapeaux ont eu raison de leurs provocations.

Et l’histoire n’en est pas restée là puisqu’elle a été relayée dans le journal de l’école : un journal mensuel édité par les élèves, qui relate souvent les histoires de l’école. Celle-ci m’avait parue cocasse, c’est pour cela que je vous la relate.

Le fameux Freedom of Speech fait parfois réfléchir : il amène à tolérer ce genre de comportement qui ne serait certainement pas toléré en France. Un peu comme le Freedom of religion qui fait passer la liberté religieuse par delà la laïcité. Deux notions auxquelles il faut savoir s’adapter quand on vient de France. Voilà ..

Prochain article : une histoire de mascotte et d’indiens

Rendez-vous sur Hellocoton !

1 Comment

  • De mes souvenirs d’histoire US, LEE était effectivement abolitionniste (il avait libéré ses esclaves avant le début de la guerre), à tel point que LINCOLN lui avait proposait le commandement des Armées de l’Union au début de la Guerre civile. LEE avait refusait par fidélité à son état, la Virginie, elle-même esclavagiste et Confédérée (il n’a d’ailleurs commandé que sur le front virginien).
    Utiliser le drapeau confédéré au Kansas d’abord et pour honorer LEE qui n’a jamais cru dans les valeurs Confédérées (autre que la primauté des Etats sur le fédéral) est en effet ignorer l’histoire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *