Mont Rainier National Park : la majesté au delà des nuages

Une des dernières étapes de notre voyage du mois de juin 2016, avait été de passer par le Mont Rainier. Nous l’avions aperçu dans son intégralité à Seattle et nous ne savions pas à ce moment-là, que ce serait le seul moment où nous le verrions ainsi complètement dégagé.

seattle-space-needles-10

Impressionnant déjà, nous ne l’avions pas atteint directement, puisque nous étions passés par Olympic. La route est pluvieuse et quand nous arrivons dans la région de Mont Rainier (Mount Rainier en anglais), le temps ne s’est pas amélioré. Après une bonne nuit, nous entamons notre ascension via l’unique route qui arrive au pied du géant. Il n’y a pas un rayon de soleil, on ne voit même pas le sommet. Le contraste est saisissant : vert en bas. La forêt est dense.

rainier-np-1

Arrivé au plus haut de la route, il fait froid, il neige même et on ne voit pas à 3 m, du côté du Mt Rainier. Nous nous réfugions alors dans le Visitor Center en quête d’un peu de chaleur et en se disant que le temps va peut-être s’améliorer.

Le Mont Rainier : description

Le Mont Rainier fait partie de la chaîne volcanique des Cascades (Cascades Ranges). Cette chaîne ne nous est pas inconnue puisque nous avons déjà visité à de nombreuses reprises, certains de ses montagnes. Elle longe la côte pacifique du nord au sud. Elle s’étale de la Colombie Britannique (Canada) jusqu’en Californie où elle se termine par le Mt Lassen devenu Lassen Volcanic National Park, en passant par le parc national de Cascade, le Mt Rainier, le Mt St Helens, Mt Hood, Mt Thilsen, Crater Lake, Lava Bed et Mt Shasta.

Le Mont Rainier est un des plus hauts sommets de la chaîne puisqu’il culmine à 4392 m d’altitude. Son ascension est difficile et longue. C’est un volcan encore actif et âgé de 500 000 ans. La Chaîne des Cascades a été une chaîne volcanique active depuis des millions d’années à cause de sa situation sur le bord ouest de la plaque tectonique de l’Amérique du Nord. Le parc national a été créé en 1889.

Le climat est très humide. Les nuages en provenance de l’Océan Pacifique, viennent s’écraser sur la montagne. Les précipitations au point culminant de la route (Paradise) sont de 320 cm par an. La montagne est composée de 26 glaciers et juste en dessous, les forêts sont denses et principalement composées de conifères (Douglas fir, western redcedar et western hemlock).

Le Mont Rainier pourrait très bien se réveiller et exploser mais les scientifiques estiment qu’il y aurait beaucoup de signes précurseurs comme ce fut le cas au Mt St Helens, qui eu une éruption en 1981. (J’ai aussi visité le National Monument du Mt St Helens en 2006 lors de mon séjour en Oregon).

Explorer le Mt Rainier National Park

Au départ du Paradise Inn, se trouve déjà de belles balades pour aller explorer le parc et aller vers le Mt Rainier. Par temps ensoleillé, il culmine et s’impose à vous. Au moment, où nous avons commencé notre balade, nous n’avions aucune notion de l’endroit exact du Mont Rainier. La vue était dégagée vers le sud, mais le chemin enneigé que nous empruntions allait vers un épais brouillard.

Nous avons commencé à monter, sur ce chemin glissant. D’un seul coup, un rayon de soleil est arrivé sur nous, nous enveloppant dans une douce chaleur. Les nuages ont commencé à se dissiper, sans pour autant nous en dévoiler plus. Mais, peu à peu, une certaine visibilité est revenue. Nous avions vraiment l’impression d’être replongé en plein hiver : la neige était épaisse et omniprésente. Certains n’ayant pas prévu cela (nous étions quand même à la mi-juin), persévéraient malgré de simples mocassins. Mieux chaussés, nous avons pu monter pendant presque une heure, toujours sans visibilité. Un écureuil et plusieurs marmottes sont venus nous rendre visite, nous regardant de loin.

Et puis d’un coup, un coup de vent a balayé le haut du ciel et LA MONTAGNE est apparue : géante, incroyablement haute au dessus de notre tête. Nous étions à 2000 m et devant nous s’imposait ce monstre de 4300 m d’altitude.

Je suis restée hypnotisée par sa majesté, par son importance soudaine. 2300 m de montagne était là devant moi, imposante, et jusqu’alors invisible. Nous avons continué un petit peu à monter mais le chemin était de plus en plus raide et de plus en plus glissant. Alors, très vite, nous sommes redescendus, souvent en glissant, parfois en tombant. C’est plus bas, que nous avons eu encore de belles éclaircies sur la montagne.

Je m’attendais à voir de belles prairies fleuries comme je l’avais vu sur des guides, mais c’est un manteau de neige qui nous avait accueilli en haut et nous étions déjà pourtant en juin. Le Mont Rainier a donc gardé un peu de son secret pour nous et nous pourrions peut-être envisager, un jour de revenir le visiter, qui sait.

themt_rainier

Mount Rainier National Park Pratique

Il ne vous faudra que quelques heures pour gagner le parc national de Seattle. Pour se loger sur la route du sud, se trouvent plusieurs hôtels dans le village de Ashford. Dans le parc, vous pouvez aussi vous loger dans les hôtels. Je reviens dans mon prochain article sur l’hôtel qui nous a accueilli.

En hiver, seul la route de Paradise est ouverte. Il y a deux accès pour le parc : par le sud et par le nord-est par la White River Entrance.

Une épicerie à Ashford où le propriétaire est très sympa.

Le parc est accessible après avoir acquitté son entrée. LeAnnual  Multi Pass de 85$ est bien sûr valable.

Attention, il n’y a pas de réseau aux alentours du parc.

Rendez-vous sur Hellocoton !

5 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *