Skier aux Etats-Unis : les 10 différences avec la France

Suite à notre séjour au ski à Breckenridge, Colorado, on m’avait demandé de parler des différences entre la France et les USA. La France est vraiment réputée pour son ski et quand les gens s’aperçoivent sur les pistes, que vous êtes français, ils vous parleront toujours des Alpes avec beaucoup de respect. Voilà déjà un petit moment que nous skions aux Etats-Unis et nous avons testé plusieurs stations : en Californie, en Arizona, au Nouveau Mexique, en Utah et dernièrement au Colorado. Si nous avons noté des variations entre toutes ces stations, il n’en reste pas moins, que je peux dresser une liste des vraies différences entre le ski en France et le ski aux Etats-Unis.

Le ski aux US : les 10 différences avec la France

1-Skier aux Etats-Unis : le coût

Avant d’écrire cet article, je suis allée, par acquis de conscience, faire un tour sur les sites web des stations françaises types .. au hasard, les plus chères : Tignes et les 3 Vallées. Et cela m’a bien confirmé ce que je savais déjà : le ski est vraiment cher aux Etats-Unis. En arrivant en Californie, je trouvais déjà les prix élevés : les tarifs à la journée étaient déjà à l’époque de 100 $ par jour. Il y a deux ans, à Park City, les prix étaient aussi de cet ordre-là. Cette année, pour Breckenridge, je dois dire que cela nous a encore plus surpris : le forfait à la journée était de 160 $ : vous avez bien lu : 164 $ même.

Alors, non, nous n’avons pas gagné au loto et nous ne nous saignons pas toute l’année pour nous payer une semaine de ski en famille.

Il existe en fait des astuces pour payer moins :

  • les billets peuvent être achetés à l’avance dans des magasins de sport, vous bénéficiez alors d’une réduction de 20 à 30% (dans la Baie de San francisco, ou à Salt Lake City dans des magasins de sport).
  • A Park City, nous nous échangions nos forfaits et donc, nous ne skiions pas ensemble .. (pas très américain tout cela … hum !)
  • A Breckenridge, nous avons trouvé grâce à des amis, des tarifs imbattables en achetant …. le pass annuel : oui pour le prix d’une année de ski (minus quelques jours de restriction, notamment entre Noël et le jour de l’An), nous avons pu skier une semaine entière pour le prix de 3 jours de ski … vous me suivez ? non ? alors suivez ce lien et vous comprendrez ( http://www.snow.com/epic-pass/passes/summit-value-pass.aspx ) : en achetant en avance le forfait; vous pouvez l’avoir à des prix défiants toute concurrence. Ce pass existe aussi pour la région de Tahoe ( http://www.snow.com/epic-pass/passes/tahoe-local-pass.aspx ). Voilà notre secret, ce qui nous a permis de skier, sans nous poser de questions, sans avoir à faire la queue tous les matins. Bien sur, nous avons fait le pari que la neige serait au rendez-vous : un risque peu important vu l’altitude de la station. Notre regret restera quand même de ne pas l’amortir encore plus, mais le Colorado, bien qu’étant la porte à côté, reste cependant trop loin pour un simple week-end de chez nous (900 km).

2-Skier aux Etats-Unis : les resorts

Il n’est pas rare aux Etats-Unis, d’avoir des stations de ski sans aucun logement autour : par exemples, du côté de Tahoe : Sierra Tahoe ou Ski Santa Fe, Arizona Bowl, plus au sud. Au Colorado, sur la Highway 70, on voit à plusieurs reprises des stations qui sont composées d’un parking et de quelques remontées.

3-Les indications sur les pistes

Je suis toujours assez soufflée de voir comment on peut se repérer sur les pistes : en haut de chaque remontée mécanique, vous avez un immense panneau avec le plan des pistes. Sur les pistes, les directions sont bien indiquées avec le chemin à suivre pour aller sur d’autres pistes, les téléskis se trouvant sur le chemin etc…

carte_Breck

Ce qui est assez remarquable, sont les indications écrites en grand : SLOW ZONE (zone lente), SLOW DOWN (ralentissez !), NO JUMPING (ne pas sauter), People Below etc…

slow zone

4-Skier aux Etats-Unis : les couleurs des pistes, les changements de couleurs et leur nom.

Aux Etats-Unis, il n’y a pas de pistes rouges ! On passe directement du bleu au noir. Les vertes sont des Green Circle, les bleus des Blue Squares et pour les noires : il y a trois niveaux différents de difficultés : les Black Diamond, les Black Double Diamond et les Extreme Terrain. Les black diamond sont bien sûr l’équivalent des Rouges (pente >40%) et les double diamond de nos noirs. Quant aux Extreme terrain, ce sont des terrains extrêmement pentus, en général en haut des stations .. il faut être un peu fou pour y aller… une spécialité de mon mari.

mac1

D’autre part, une piste peut commencer noir et terminer bleu, voire verte. Elle changera alors de couleurs mais presque aussi de nom, puisqu’on pourra trouver : Upper American, American et Lower American !

Je pense que vous comprendrez qu’une piste comme Psychopate indique bien ce que cela veut dire, tout comme Upper Transfer peak 8, ou encore Home run, Four O’Clock ou First Time !

5-Les écoles pour personnes à mobilité réduite

Nous avions déjà vu cela à Park City. Sur les pistes encore, nous avons vu des instructeurs, enseigner comment faire du ski à des personnes sur fauteuil roulant, ou des personnes aveugles. J’étais très impressionnée par la force des instructeurs et la volonté des élèves.

parkcity7

6-Skier aux Etats-Unis : les téléskis

Les seuls téléskis que l’on voit sont des télésièges. Pour les tire-fesses, éventuellement, on peut apercevoir des perches en forme de râteau, où deux personnes peuvent se mettre l’une à côté de l’autre (très rare). Quant aux télésièges, les plus anciens n’ont même pas de garde-fou : vous êtes juste assis dessus avec parfois, des hauteurs impressionnantes. Sur les modèles plus récents, on a vu apparaître des gardes-fous, mais sans pose-pied : vos skis pendent juste au dessus du vide, ce qui est très désagréable quand vous êtes un peu fatigués. Heureusement, les télésièges dernier cri commencent à envahir les stations et COCORICO, c’est souvent l’entreprise POMA, qui en est l’auteur.

7-Les files d’attente

Les files d’attente sont bien organisées : il y a en général une colonne spéciale pour les « singles » (les personnes qui sont seuls et qui donc viendront compléter les autres rangées) : de cette façon, les files d’attente sont optimisées. Mais si jamais, il n’y a pas vraiment cette colonne, il suffit de repérer et de demander : I’m single, can I come with you ? Ce qui m’amène directement au point suivant :

8-L’amabilité sur les pistes

Si vous montez avec quelqu’un, vous pouvez avoir droit au récit de sa vie. Si il vous entend parler, il vous demandera automatiquement d’où vous venez et certainement, il aura entendu parler ou il aura été en France, principalement à Chamonix. Les Alpes Françaises ont beaucoup de succès sur les pistes du Colorado.

Aux Etats-Unis, le ridicule ne tue pas et vous croisez souvent des gens avec des tee-shirts de leur équipes de sport (comme nous étions près de Denver, les tee-shirt oranges étaient de mise), mais nous avons aussi vu des gens arborant des tee-shirt des Chiefs (l’équipe de Kansas City). A côté de cela, nous avons aussi eu droit à des gens en combinaison de ski aux couleurs du drapeau américain, ou déguisés en bananes ou en pingouins au choix.

9-Le damage des pistes

Pas vu beaucoup de damages lors de notre séjour à Breckenridge : il a neigé pratiquement tous les jours et nous n’avons eu droit à aucun damage des pistes : dommage, j’aime bien quand c’est un peu tassé, ça crisse sous les pieds. Il est vrai cependant que la neige de l’Utah et du Colorado est très réputée comme étant extrêmement légère et peu chargée en humidité. (http://www.inscc.utah.edu/~steenburgh/gsnow.pdf)

pistenondammée

10-Le matériel et l’habillement

Même si on aperçoit des skis Rossignol, le matériel est le plus souvent américain. Les surfs sont aussi assez répandus.

Côté habillement, il est sur que les marques rencontrées ne sont pas les mêmes qu’en France : point de Queshua, mais plutôt, North Face et Patagonia, mais maintenant, nous voyons beaucoup de Marmot et de Spyder. L’habillement est bariolé et 90% des gens ont un casque.

Voilà, mes 10 différences entre le ski aux Etats-Unis et en France. Je pense que les deux points que retiennent en général les français qui viennent skier, sont le prix et les télésièges.

Après, il est vrai que nous avons rarement eu l’impression d’être en haute altitude, côté paysage : A Park City, on avait l’impression de skier sur des collines et la présence de bouleaux à 2500 m d’altitude accentuait cela. A Breckenridge, seul le manque d’air nous a fait nous rappeler où nous étions : la limite des arbres était au delà de 3400 m d’altitude.

Pour aller plus loin :

9 Comments

  • Je reviens tout juste d’une semaine de ski dans le Colorado, mais c’est drôle car je n’ai pas constaté les mêmes différences que toi ! Ce qui m’a vraiment frappé, c’est le peu de monde sur les pistes et le coût exorbitant (En France, j’en avais pour à peu près 700€ la saison aux 3 vallées, alors que là un ami avec les réducs de l’université en avait pour $1800 !!). Par contre, je ne te rejoins pas pour les points 3, 5 et 7. Je ne parle bien sûr que des stations que je connais en France, mais c’est généralement mieux indiqué (avec un schéma en haut, des trajectoires fléchées et surtout des bornes le long des pistes) et j’ai toujours connu les handiskis ainsi que les files pour personnes seules (par contre, pas à tous les télésièges). Après, j’ai adoré dans le Colorado la neige et le fait de pouvoir échanger aussi facilement avec les gens.
    Dans l’ensemble, on a adoré notre séjour, mais au final, ça nous reviendrait probablement moins cher de revenir en France, donc on n’est pas sûr de revenir. Mais merci pour tes bons plans, ils feront peut-être pencher la barre vers les US !

      • On a skié à Aspen et à Telluride et on a fait des sauts de puce à Vail et à Wolf Creek. En fait, on y est allé plus allé pour visiter le Colorado que skier, tout en ayant pour but de faire un choix de ski resort pour l’an prochain (c’est raté, on les aime bien toutes !).

        • Je pense que Aspen est encore plus cher que Breck ou même Telluride, vu le nombre de célébrités qui vont dans ces deux stations. On m’a dit que Breck faisait beaucoup plus famille. Ce qui est bien à Breck, c’est que tu peux faire du ski pépère mais aussi du ski extrème de dingue .. ce qui va très bien à notre famille : pendant que Monsieur s’éclate à 3900 m d’altitude dans 50 cm de poudreuse, nous modestement, on se retrouve sur des noires single diamond …

  • Le ski aux US c’est un peu comme le polo en France, tres tres cher…
    1 semaine au Colorado (Steamboat Spring ou Keystone) = 2 semaines au Portes du soleil
    Je ne parle meme pas du prix des cours de ski.
    Je te rejoins sur l’amabilité des gens ds les stations du Colorado, sympa, bavards, conviviaux quoi !!
    Une GROSSE difference entre le ski aux US et en France, c’est qu’il n y a point de fondues, raclettes, tartiflettes, fendant, vin chaud, tarte aux myrtilles et aux noix !!!! 😉
    Que des burgers et de la biere… 🙁
    On ne se refait pas !! 🙂

  • Étant de Grenoble et installée à Boulder depuis 1 an, j’ai plutôt l’habitude du ski et je suis d’accord avec tous les points (je n’ai pas fait attention pour l’handiski mais ça ne m’étonne pas ici).
    Le plus surprenant pour moi, ce sont les télésièges sans garde-fou et repose-ski et les « stations-parking » à 50 mètres de l’I70 (Loveland par exemple, pour retourner en bas de la station, on a l’impression de skier sur l’autoroute).
    Après, les forfaits sont effectivement chers mais les forfaits 4 jours ou saisons valent vraiment le coup (on peut même les acheter maintenant pour l’année prochaine à des prix assez bas). Il faut aussi voir que le niveau de vie au Colorado est différent de celui en France, donc il me semble que proportionnellement, par rapport à un salaire moyen, c’est assez équivalent.

    • Oh, la chance d’être de Grenoble (comme moi) et d’habiter à Boulder … mon rêve : enlever les 900 km de plaine qui me séparent de ces montagnes magnifiques… et puis Boulder, au pied du Rocky Mountain NP : le rêve … (j’avais rencontré une fois sur United un stewart français de Boulder, tu le connais ?)..
      Oui, les stations au bord de l’autoroute, je suppose que c’est un peu comme les stations au dessus du lac Tahoe en Californie, tu as l’impression de plonger dedans.. Pour le forfaits saison, je suis déjà en train de zieuter ceux pour l’an prochain : il y a un lien dans mon article, d’ailleurs.
      à bientôt
      Isabelle

      • Il y a pas mal de français (et d’Européens plus généralement) à Boulder, à cause de l’Université, mais jamais rencontré de stewart 😉
        Je pense que je reçois un mail par semaine pour les forfaits de ski de l’année prochaine !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *