Une journée dans la réserve indienne UTE en plein Colorado

Un prospectus trouvé dans un musée, une expérience à tenter : une journée en pleine réserve indienne UTE dans le Sud-Ouest du Colorado. Nous n’hésitons pas longtemps et décidons de tenter le coup. Le visitor center est situé à la jonction de la 491 et de la 160, non loin des 4 corners. Rendez-vous pris à 9h. Nous retrouvons là, une famille américaine de Chicago. Nous voilà en route.. un petit groupe de 10 personnes. Rick est notre guide. Il est de la tribu des UTE Mountains.

UTE : ces montagnes nous les voyons depuis une semaine au loin : le Guerrier couché nous a suivi tout au long de ce début de voyage.
Nous voilà au pied et face à ce Chimney Rock (vous l’avez peut-être déjà vu si vous vous êtes rendu jusqu’à Mesa Verde en venant de l’Arizona), nous nous engageons à la suite de Rick sur la route qui part. Ne cherchez pas, la route est difficile à distinguer sur une carte : nous sommes dans le Mancos Canyon. L’accès n’est pas autorisé sans être accompagné.
Premier arrêt, nous nous retrouvons sur des ruines de Kivas (Kiva : c’était un lieu de réunion, de rassemblement pour prier, discuter ou danser.)
Première étape, comme un rite initiatique, Rick nous raconte .. nous montre, nous fait découvrir sa culture.
Des morceaux de poteries jonchent le sol : nous avons le droit d’y toucher mais il nous met en garde : “n’emmenez pas avec vous de débris.. Si ils ont appartenu à un mauvais homme, il vous arrivera malheur”. L’argument porte, alors nous touchons, regardons mais laissons sur place. Elles datent de plus de 1000 ans. Elles ont appartenu à ce peuple des Anasazis qui peuplaient les canyons et qui ont construit toutes ces maisons de pierres. Les Utes se réclament de leur descendance au contraire des Navajos qui sont venus bien plus tard par le nord. Les Utes venaient plutôt du sud et ont la peau plus foncée. Ute signifie Sky Blue People (homme du ciel bleu).
 Les Utes sont maintenant répartis en 3 réserves présentes au Colorado, Utah et New Mexico. Ils faisaient parti d’un ensemble plus vaste de 7 tribus.  Ici, nous sommes chez les Ute Montains.
Rick nous raconte alors son peuple, ses traditions, ses légendes. Les ancêtres (les Anasazis sont donc les descendants des Pueblos qui habitaient dans les environs). Ils avaient construit toutes ces maisons de pierres, principalement sous les falaises, mais aussi dans des villages. Ils abandonnèrent leur maison de pierre vers l’an 1200, sans que l’on sache vraiment pourquoi.
Les premiers contacts avec les occidentaux remontent au temps des conquêtes espagnoles, dans les années 1630. Et même si les relations ne furent pas vraiment amicales, grâce à eux, les Utes découvrirent le cheval et l’adoptèrent.
Les confrontations avec l’homme blanc n’en étaient qu’à ses débuts : volonté de domination, de colonisation : l’histoire est trouble.. le résultat poignant : avec leur volonté d’apporter le confort, l’éducation, la religion mais aussi dans l’optique d’exploiter les réserves du sous-sol, les colons apportèrent plutôt la désolation en même temps que les maladies. Les natives vivaient de pèches de chasses, de rites en communion avec la nature. Leur religion était simple avec leurs rites .. l’homme blanc en étant persuadé de bien faire ou non, désorganisa complètement leur mode de vie, les privant de ce qui faisait leurs habitudes et leur liberté.
Rick nous offre là un plaidoyer de tolérance : nous en avons les larmes au yeux, nous sentant presque coupable d’une histoire qui pourtant ne nous appartient pas.
La visite continue un peu plus loin autour de petroglyphes. Ce sont des sculptures faites à l’époque des Anasazis et que l’ont retrouve très souvent dans le coin. Témoignages de leur époque, ils racontent leur civilisation et leurs symboles.
Ils nous montrent aussi comment les natifs vivaient avec le soleil et les cycles de l’année.
Pour un dessin de ce genre qui me serait largement passé au dessus sans explication, Rick nous montre les mouvements des ombres du soleil en fonction des saisons.
Le centre correspond à l’équinoxe, tandis que les extrémités correspondent aux solstices.
Nous découvrons encore d’autres peintures.. elles sont plus récentes et nous racontent l’arrivée des espagnoles .. nous faisons aussi la connaissance du grand-père de Rick.

Les petroglyphes racontent aussi leurs légendes et notamment celle des 4 mondes. Mélanges de rites fondateurs, on y retrouve la Nature, le feu, l’eau et la nourriture et la vie  ..

Mother spider à gauche, au centre la germination
nuage avec la pluie

Après une pause pique-nique à l’ombre, l’après-midi devient nettement plus sportif. Le paysage a changé et nous nous retrouvons en surplomb d’un canyon. Il faut descendre les échelles, laissées là par les étudiants en archéologie de Denver University.

Et là, les choses sérieuses commencent .. le chemin est à flan de falaise. Nous laissons Tree House sur la gauche (nous y retournerons) et filons vers la droite. Il fait sec, mais à l’ombre du rocher, la température est plaisante. Les ruines sont en l’état, juste un petit peu consolidées. on y retrouve des kivas (lieu de rassemblement), des pièces fermées qui refermaient les provisions et autres pièces.

kiva
épis de mais et débris de poterie

Sur les rochers, se trouvent encore les traces laissées par les habitants de l’époque : épis de maïs, poterie et plan de travail.

A Eagle Nest, nous montons sur une échelle et nous nous retrouvons comme suspendu au dessus du vide. Et Rick, nous entonne alors un chant Ute. Le temps s’arrête comme suspendu à sa complainte.

L’accès est vertigineux et nous laissons ce moment magique pour revenir sur nos pas et voir la première construction que nous avions laissé de côté. A vrai dire, je n’ai pas résisté longtemps perchée sur ces bords étroits : prise d’une sorte de malaise, je suis vite redescendue.
Et pour notre dernière ruine, c’est bien sur la plus belle, la plus fraîche : elle est construite à l’abri d’arbres. Son nom : Tree House.

et juste avant de quitter ce beau canyon, une dernière vue sur une maison suspendue .. je serais restée tout ce voyage, impressionnée par ces constructions : mais comment faisaient-ils pour construire cela dans les falaises .. et surtout comment faisaient ils pour vivre suspendus dans le vide comme cela ?

Plus d’informations :
Ces maisons étaient construites dans les creux de falaises. parfois de simples maisons, parfois des villages entiers comme on peut en voir dans le Parc National voisin Mesa Verde. mais au contraire de Mesa Verde, cet après-midi-là, nous ne croiserons personne.

On les appelle les Cliff dwelling. Dans le canyon, nous en visitons 4, aux noms évocateurs comme Eagle nest, Lion, Morris Five .. Elles sont construites avec les pierres du coins et consolidées par des troncs d’arbre.
Dans le sud-ouest des Etats-Unis, il existe de très nombreux sites avec ce genre de ruines : le plus connu est le Mesa Verde National Park au Colorado. Vous en retrouvez aussi plus au sud en Arizona : Canyon de Chelly (où nous allions le soir même), Navajo National MonumentMontezuna National Monument. Il existe de plus de nombreux sites, où les maisons n’étaient pas forcément sous les falaises comme Hovenweep National Monument ou Chacos (Nouveau Mexique) : et pour Chacos : stay tuned : nous y étions quelques 3 jours après.
Mais il existe encore de très nombreux autres sites qui ne sont pas référencés car dans des lieux plus reculés voir mes autres articles.

Mes impressions
Nous avons été vraiment impressionnés par la visite : qualité du guide, programme riche et varié. C’était très sympa et en dehors des circuits touristiques. Une expérience vraiment enrichissante et authentique.
Les tours durent la journée de 9h à 4h00 : vous pouvez aussi choisir la demie journée, mais vous ne ferez pas la balade dans le canyon.
Une très bonne introduction à l’histoire locale, loin des foules de Mesa Verde (qui vaut quand même le détour).

Renseignements pratiques :
La visite de ce lieu n’est faisable qu’en passant par le Visitor Center de Ute Mountain Tribal Park et accompagné d’un guide. Vous pouvez les joindre par ce numéro et réserver votre jour de visite : 1-800-847-5485 ou le (970) 565 9653 ou par email : utepark@fone.net ou umtp@utemountain.org
http://www.utemountaintribalpark.info/
Le Visitor Center se trouve exactement à l’intersection de la 160 et de la 491 au Colorado.
Prix : 48$/personne (c’est cher ok, mais ça vaut le coup).
Possibilité de camper en demandant un permis au Visitor Center. (primitive campground)

Pour en savoir plus sur l’histoire de ces peuples : 
http://historytogo.utah.gov/utah_chapters/american_indians/anasazi.html

Merci de me lire !

2 Comments

  • Cette visite s’est avérée fort intéressante… Par contre, je ne dirais pas que les européens étaient animés de l’intention de bien faire vis à vis des indiens (et des colonisés en général). C’était le discours officiel mais je pense qu’il s’agissait surtout d’une volonté de domination et de soumettre ses peuples… afin de leur soutirer leur richesses.

    • on va en rester à la colonisation sur le sol américain et ne pas méler ce qui s’est passé ailleurs car cela n’a rien à voir (car la plupart des colons venaient trouver une liberté qu’ils n’avaient pas chez eux .. mais aussi certains venaient pour exploiter les ressources du sol) .. en fait, c’était de l’humour .. tu as raison bien sur .. et je vais rajouter une nuance …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.