High School Chronicles : ce qui se passe dans les coulisses !!!

Je ne vous en ai pas beaucoup parlé et pourtant, cela a été l’objet de nos pensées tout au long de cet hiver.
Notre grande grande, Mahault en dernière année de high school a déposé ses demandes d’université en décembre et alors, que nous attendons encore deux réponses, j’avais envie de partager un peu de ce quotidien qui nous a tant occupé cette année. Avant cela, je suis tombée sur un article écrit par le directeur d’une des Universités dans laquelle, Mahault a postulé, alors, j’ai voulu le partager en attendant la réponse de cette école (TUFTS à Boston).

Pour bien que vous compreniez le contexte, je vous rappelle quelques points :
  • Il existe des milliers d’universités aux États-Unis : le terme général est Collège. Il y en a des publiques, des privées, des universités d’Etat, des religieuses.
  • Il en existe des grandes, des petites et des moyennes.
  • Il y en a partout, même dans des coins reculés,
  • Il y en a des très demandées, d’autres qui sont peu connues.
Le marchés des universités est donc très divers, très disparates…  et c’est un marché : la loi de l’offre et la demande marche à fond. c’est un enjeu pour tous ces élèves et futurs étudiants mais aussi pour les universités elles-même.
Ajouter une légende
Parmi les élèves de l’école où vont mes filles, la plus part (70%) atterrissent dans les deux universités d’états du Kansas :
  • Kansas University (KU) : elle se situe à une trentaine de kilomètres de chez nous dans une petite ville très sympa, Lawrence. KU est connu pour son école de médecine et son équipe de basket.
  • Kansas States University (K State), elle se situe en plein centre du Kansas à Manhattan. K State est connue pour son école vétérinaire.

Dans ces deux universités, vous déposez une demande, vous avez à peu près toutes les chances d’être acceptées, surtout si vous êtes du Kansas : le pourcentage d’acceptance est de 90%.

Évidemment, ma grande a postulé chez eux et a été acceptée sans problème.
Les autres élèves de la High School de ma fille vont parfois un peu plus loin, dans des écoles du Midwest qui essayent d’attirer les bons éléments des états voisins : certains iront cette année en Arkansas (l’Université est dans un endroit magnifique mais perdue au milieu d’un environnement très conservateur…), certains iront au Nebraska : l’université attire les élèves IB en leur payant presque intégralement leur scolarité.
Ces universités perdues au milieu de nulle part déploient des efforts considérables pour attirer les élèves : nous avons reçu plus de 300 courriers d’universités depuis plus d’un an. J’ai reçu sur ma boite email, plus de 500 mails vantant les mérites de ces écoles : cela allait des lieux les plus improbables : un trou perdu du North Dakota, une université minuscule du fin fond du Missouri, à la prestigieuse Chicago University, en passant par Oklahoma State, et le collège christian (religieux) de Austin Texas et bien sur un matraquage de KU et K states.
Même après les dates limites de dossiers, nous recevions encore des courriers indiquant qu’ils avaient repoussés les dates buttoirs. J’ai reçu des courriers de collèges m’indiquant, qu’ils étaient prêts à donner de l’argent pour ma fille.
Et dans son école, il y a les élèves outsiders, ceux qui osent aller ailleurs.. sauf que aller ailleurs n’est pas donné à tout le monde : car c’est forcément plus cher..; enfin pas pour tous car si vous êtes latinos, et sans trop d’argent (low income), vous avez plus d’aides .. à condition d’être bon et d’en vouloir (en fait, si vous faites partie d’une minorité).
Certains essayent Stanford : c’est souvent leur dream school, Berkeley ou Georgetown… voire UCLA ou Columbia …
Aujourd’hui, nous attendons encore des réponses pour Mahault, notamment TUFTS : une prestigieuse école de Boston. (j’expliquerai plus tard par quoi nous sommes passés) Elle a aimé l’école, elle l’avait visitée avec son père l’été dernier (voir l’article sur les visites d’université) : les réponses sont en cette fin de semaine. Elle sait qu’elle a peu de chances, mais elle est détendue car elle a déjà sa dream school (j’en reparlerai) et sait que là où elle ira, cela lui plaira. Elle a tenté .. on verra..
Ce processus de sélection est très bien expliqué dans cet article paru sur le site de l’école. Le dossier d’admission était ardu à remplir puisque les élèves devaient écrire deux rédactions, un sur un sujet et un autre pour se présenter.
Cette école a reçu 19 076 applications (dossiers d’inscription) pour … 1310 places, soit 17% d’acceptance. Dans cet article, il explique comment ils procèdent pour sélectionner les élèves, car cette école a la particularité de se baser sur la personnalité des élèves et pas uniquement sur les scores scolaires. Leur message est simple : “Nous avons reçu d’excellents dossiers, nous ne pouvons pas prendre tout le monde et si vous n’êtes pas pris, cela ne signifie pas que vous n’étiez pas bon”.
So let’s wait and see.
39% des dossiers leur ont semblé excellents et ont retenu leur attention. Mais c’était encore plus de 7000 dossiers de trop.
During the long days of committee deliberations throughout the last few weeks, we shaped our next freshman class from this large cohort of talented applicants.  We listened as our colleagues introduced one student after another.  We digested the merits of the file.  We debated, sometimes we argued, but more often we reached consensus.  We asked, “How does this student enhance the academic and residential community we are creating?” We wondered how an undergraduate experience at Tufts might best serve the student we were considering. One by one, we filled each seat in the class until there were no more seats to offer.  On many moments I was struck by the quality of the students who did not make the class as we moved from docket to docket.  Selectivity was very tangible in those moments.
Et il continue d’expliquer que le processus n’était pas fait au hasard mais que chaque cas a été vu et revu, le choix argumenté, discuté… pour aboutir à la décision finale et la sélection des futurs étudiants.. alors même si ma fille n’est pas prise là, nous saurons que son cas a été étudié …
“If you get a denial letter from Tufts, it does not mean we did not like you or that your application lacked merit. Odds are likely you were among the academically competitive candidates in our pool.  Remember, we had an abundance of quality and a scarcity of spaces.  We had to make some very difficult choices as we built our next first-year class and as the acceptance rate inched lower.
It was an honor to get to know you and to learn about your accomplishments and aspirations. And thank you for the compliment of your interest in Tufts.  I wish you well.”

Si vous recevez une lettre de refus, cela ne signifie pas que nous ne vous avons pas aimé ou que votre dossier d’inscription manquait de mérite… Rappelez vous que nous avons eu à faire des choix très difficiles pour construire notre prochaine promotions d’élèves. …
Cela a été un honneur de vous connaître et d’en apprendre sur vos aspirations. Merci pour votre intérêt pour notre école. …

Voilà, je voulais partager cela pour vous expliquer un peu plus ce processus d’admission vers l’université que nous avons découvert cette année…
Je reviens très vite vous parler de notre parcours à nous et surtout celui de Mahault…

PS : petite mise à jour : Mahault est en liste d’attente …

6 Comments

  • Super intéressant!!! J’aimerais trop en savoir plus: frais de scolarité? La dream school de ta fille (oui ça va venir mais je suis impatiente) ?

  • Quel parcours, ça m’impressionne tjs de voir ça alors qu’en France c’est si facile… et je croise les doigts pour ta grande !

  • L’autre jour j’étais dans un café à Harvard Square, à deux pas d’Harvard University. Je travaillais, en écoutant d’une oreille distraite la conversation de la table voisine – j’ai cru au départ que c’était un entretien d’embauche, mais j’ai réalisé ensuite que c’était un entretien pour entrer à Stanford University, en Californie. J’ai regardé un peu mieux les deux personnes. Le jeune homme qui menait l’entretien posait de rares questions, invitait la jeune fille à parler d’elle. Elle est TRES déterminée, et se vendait d’une manière incroyable : “en plus de mes excellents résultats scolaires, je parle plusieurs langues, je fais de la natation, j’ai beaucoup voyagé, je suis de telle équipe, de telle association”.
    Moi, à son âge, j’étais très loin d’avoir autant d’aplomb et de détermination, c’était impressionnant…
    Bonne chance pour ta fille ! J’ai des copines à Tufts, ça a l’air super comme endroit.

    • ce que tu me dis, ne m’étonne pas : il y a une sorte de course en avant dans la perfection : surtout pour une école comme Stanford : de tout ceux qui l’avaient présenté ici, aucun ne l’a eu et pourtant, il y avait des gens brillants. Dans la Silicon Valley, c’était très couru et c’était le rêve de tous les amis d’alors de ma fille : la plupart de ceux qui réussissent à y entrer sont des asiatiques, qui bossent comme des fous, depuis longtemps. C’est ce qu’on a compris ici .. c’est certainement cela qui pousse tellement les élèves à faire tant de choses : pour se démarquer.. pour l’université. merci de ton témoignage …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.